Le patrimoine des Arabes des Marais en Irak

Par Besma El Kahky

 

Les Arabes des Marais (عرب الأهوار), également surnommés les Maadans (pouvant s’écrire Ma’dan), vivent en Mésopotamie depuis au moins 6.000 ans. Installés le long des deltas du Tigre et de l’Euphrate, cette minorité décomptait 250.000 personnes avant l’insurrection irakienne de 1991. Aujourd’hui, elle ne compte plus que 30.000 individus. Cette population vit principalement de la pêche, de l’agriculture, de la chasse et de l’élevage. Leur mode de vie est cependant marqué par des défis politiques et environnementaux, menacé par le réchauffement climatique et les conflits régionaux permanents. Cependant, il existe un patrimoine matériel et immatériel des Arabes des Marais, qui vient poser un véritable défi de préservation.

Source: Mohammad Akram, South of Iraq Marshlands on flickr

L’habitat et le chant des marais

Compris comme appartenant au patrimoine matériel, le Mudhif est un habitat traditionnel, une maison communautaire dotée d’une signification culturelle et sociale importante pour les Maadans. Tout d’abord, celui-ci est principalement construit à partir de roseaux et des cordes de paille, que l’on peut trouver au cœur des marais. Les roseaux, une fois tressés, viennent former des murs verticaux qui s’inclinent vers l’intérieur pour former un toit pointu. Cette conception caractéristique des Maadans est adaptée aux conditions climatiques des marais et permet une ventilation naturelle.

L’autre aspect intéressant du Mudhif est sa capacité à être démontable. Ainsi, les Arabes des marais peuvent déplacer leur maison en fonction des changements saisonniers, notamment lors d’inondations.

Enfin, le Mudhif remplit une véritable fonction sociale. Il incarne l’esprit de communauté des Maadans, car il est souvent utilisé comme lieu de rassemblement. C’est un lieu d’hospitalité où s’organisent réunions familiales et cérémonies traditionnelles.

Crédit: Pascal Maguesyan – MESOPOTAMIA, Communauté Chibayish

Crédit : Pascal Maguesyan – MESOPOTAMIA, Communauté Chibayish

Pour ce qui est du patrimoine immatériel, il est question ici du Maqam, l’une des formes des chants traditionnels de la région des Ahwar[1]. Cette structure mélodique sert de base à l’improvisation et à l’interprétation vocale, pouvant être accompagnée d’instruments traditionnels, tels que le oud (un instrument à cordes pincées), le qanun (un instrument à cordes pincées, proche de la cithare), et des percussions. Dans les marais, ce chant exprime des émotions, raconte l’histoire et même des histoires. Les paroles abordent divers thèmes : lorsqu’il s’agit de récits épiques, il y est question de l’amour, de la nature mais aussi de la vie quotidienne et des coutumes locales.

La Guerre du Golfe

La menace qui pèse sur cette population depuis les années 1990 est d’abord d’ordre politique. La première Guerre du Golfe (1990-1991) a été déclenchée par l’invasion du Koweït par les forces irakiennes. Accusant le Koweït de pratiquer des forages directionnels le long de leur frontière commune, les autorités irakiennes cherchaient à prendre le contrôle des réserves pétrolières du Koweït.

Source: Rob W Fitzpatrick, 2004, Changes in soil and water characteristics of natural, drained and re-flooded soils in the Mesopotamian marshlands: Implications for land management planning.

Sous le régime de Saddam Hussein, les Arabes des Marais subirent de sévères persécutions. Leur habitat naturel a été considérablement impacté. Pourquoi ? Cette population à majorité chiite vit dans un pays où la minorité sunnite est en position dominante. Durant la Guerre du Golfe, Saddam Hussein, qui était sunnite, les a accusés de cacher des combattants chiites, ce qui lui a servi d’argument pour construire des canaux et entreprendre des projets d’assèchement des marais. Cela a eu pour effet de chasser les habitants de ces régions dont beaucoup étaient en désaccord avec le régime, et ces persécutions ont donc contraint de nombreux habitants des marais à quitter pour toujours leurs terres ancestrales. L’armée irakienne ayant détruit de nombreux villages, l’expulsion des Arabes des marais a entraîné leur dispersion (diaspora). En l’an 2000, 70 % des marais étaient détruits.

L’écosystème des marais, victime des Grands Barrages de Turquie

La deuxième menace qui pèse sur les Maadans est également d’ordre politique et reste encore d’actualité, contrairement au régime de Saddam Hussein, dissous en 2003 lors de la seconde Guerre du Golfe. Elle contribue à modifier de manière irréversible l’habitat des Arabes des marais.

Source : Crédit Bernard Gagnon, Barrage Atatürk, sur l’Euphrate en Turquie, projet du Grand barrage de l’Anatolie du Sud-Est (GAP).

Depuis les années 1970, la Turquie construit des barrages sur le Tigre et l’Euphrate. Son projet du “Grand Barrage de l’Anatolie” (GAP ; Güneydoğu Anadolu Projesi) vise à développer de manière significative la région anatolienne du sud-est de la Turquie en utilisant l’eau du Tigre et de l’Euphrate, notamment pour l’irrigation et la production hydroélectrique, ce qui nécessite l’édification de plusieurs barrages, de centrales hydroélectriques, de canaux d’irrigation et d’autres structures. Cependant, ce projet d’aménagement du territoire turc a de graves conséquences sur l’environnement, l’économie et la vie des communautés locales, car il menace l’agriculture et diminue le débit des fleuves à l’aval.

Un patrimoine matériel et immatériel en danger

Il y a 30 ans, les marais s’étendaient sur plus de 30.000 km², alors qu’aujourd’hui leur superficie n’est plus que de 4.000 km². Cette diminution s’explique en partie par la hausse des températures et la construction de barrages en Turquie. En outre, la croissance démographique et les pressions anthropiques, y compris l’agriculture intensive, peuvent exercer une contrainte sur la disponibilité des ressources des marais.

Certains habitants des marais, déplacés en raison des politiques de Saddam Hussein, ont tenté de s’y réinstaller après la chute du régime. Détruisant les digues construites à l’époque de Saddam Hussein, certains habitants ont procédé à la “restauration des marais” en tentant une reconquête des terres humides. Mais cela pose d’importants défis en termes de ressources et d’infrastructures.

Développé aujourd’hui par beaucoup de pays, l’écotourisme a des effets aussi bien positifs que néfastes. Cela attire, certes, des touristes, mais le tourisme de masse fait peser une nouvelle menace sur cet écosystème fragile. De plus, les marais ne peuvent offrir de structures touristiques adéquates. L’absence de structures hôtelières oblige souvent les Maadans à accueillir les touristes chez eux.

Les marais du sud de l’Irak, notamment les marais de la Mésopotamie, ont été inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en 2016 en reconnaissance de leur importance culturelle et écologique, ce qui a contribué à sensibiliser davantage à la préservation de ces écosystèmes endémiques. Les critères de préservation pour les marais pris en compte sont les critères (iii), (v), (ix) et (x)[2].

Cependant, des problèmes de sécurité dans certaines régions, des problèmes d’accès et d’infrastructure, ainsi que des préoccupations environnementales liées à la préservation des écosystèmes des marais subsistent. De surcroît, les marais continuent de faire face à des défis environnementaux, tels que la salinisation, la dégradation des terres et la perte de biodiversité. Le réchauffement climatique à l’échelle planétaire a également des répercussions sur la stabilité de ces écosystèmes : en 2022, l’Euphrate a perdu plus d’un mètre. Les autorités irakiennes estiment que l’Euphrate pourrait être entièrement asséché d’ici 2040. Sombre pronostic pour cette région considérée comme le berceau de l’humanité.


Sources

[1] Voir https://whc.unesco.org/fr/list/1481/.

[2] La description de ces critères est la suivante :

  • Critère (iii) : apporter un témoignage unique ou du moins exceptionnel sur une tradition culturelle ou une civilisation vivante ou disparue
  • Critère (v) : être un exemple éminent d’établissement humain traditionnel, de l’utilisation traditionnelle du territoire ou de la mer, qui soit représentatif d’une culture (ou de cultures), ou de l’interaction humaine avec l’environnement, spécialement quand celui-ci est devenu vulnérable sous l’impact d’une mutation irréversible
  • Critère (ix) : être des exemples éminemment représentatifs de processus écologiques et biologiques en cours dans l’évolution et le développement des écosystèmes et communautés de plantes et d’animaux terrestres, aquatiques, côtiers et marins
  • Critère (x) : contenir les habitats naturels les plus représentatifs et les plus importants pour la conservation in situ de la diversité biologique, y compris ceux où survivent des espèces menacées ayant une valeur universelle exceptionnelle du point de vue de la science ou de la conservation.

AFP, 18/07/2016, « L’Irak fier de voir ses marais entrer au patrimoine mondial de l’UNESCO », Site web Le Figaro ; https://www.lefigaro.fr/culture/2016/07/18/03004-20160718ARTFIG00208-l-irak-fier-de-voir-ses-marais-entrer-au-patrimoine-mondial-de-l-unesco.php

ASTOUL Julie, 2023, « Que reste-t-il des mythiques marais de Mésopotamie ? », Site web GEO ; https://www.geo.fr/environnement/que-reste-t-il-des-mythiques-marais-de-mesopotamie-213405

Conférence de Pascal Magesyan au sein du séminaire « Patrimoines et politiques mémorielles », semestre 1 année universitaire 2023-2024, séminaire assuré par madame Ter Minassian

THESIGER Wilfred, 1991, Les Arabes des Marais – Tigre et Euphrate, Édition Plon, 254 p.

UNESCO, 2016, « Les Ahwar du sud de l’Iraq : refuge de biodiversité et paysage relique des villes mésopotamiennes » ; https://whc.unesco.org/fr/list/1481/

YouTube, AFP, « En Irak, les marais du sud s’assèchent et une civilisation agonise » ; https://www.youtube.com/watch?v=XbrtBxs1c14



Citer ce billet
Besma El Kahky (2024, 11 janvier). Le patrimoine des Arabes des Marais en Irak. Patrimoines et Politiques Mémorielles. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vwd1

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search