Hashima, vaisseau fantôme du patrimoine industriel japonais

Par Odon Beillet Le Béhérec

 

Au sud-ouest du Japon, au large des côtes de Nagasaki, se dresse l’île de Hashima, également connue sous le nom de Gunkanjima (littéralement “Île-Cuirassé”, surnom donné à l’époque en raison de sa ressemblance aux navires de guerre japonais de la classe Tosa des années 1920), une relique de la révolution industrielle qui a transformé le Japon au cours de l’ère Meiji (1868-1912). De la découverte initiale de charbon en 1810 à son inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2015, en passant par l’exploitation d’une mine jusqu’en 1974 par le puissant conglomérat Mitsubishi, Hashima a été le théâtre d’une histoire complexe, mêlant progrès économiques, avancées architecturales, mais aussi exploitation humaine et batailles mémorielles.

Dans cet article, nous nous plongerons dans les méandres de l’histoire de Hashima, explorant son rôle crucial dans l’industrialisation du Japon, ses moments de gloire et d’ombre, jusqu’aux débats et réflexions qui animent la vie de l’île depuis son inscription à l’UNESCO.

Vue actuelle de Hashima (Gunkanjima). Source : https://www.japan.travel/fr/spot/752/.

La découverte de Hashima sur fond d’industrialisation

Malgré la découverte de charbon sur l’île en 1810, Hashima reste entièrement inhabitée jusqu’à la fin du siècle, moment où l’industrialisation naissante sous l’ère Meiji pousse à prospecter les sols en quête de charbon, tant nécessaire à l’industrie (entre 1887 et 1907, la production nationale de charbon est multipliée par huit). Il faut comprendre que, soucieuse de rattraper le retard technologique et économique par rapport aux grandes puissances occidentales, l’ère Meiji (1868-1912) a été marquée par des transformations profondes de la société japonaise visant à propulser le Japon d’une économie féodale agraire à une puissance industrielle moderne et asiatique : le pouvoir de l’empereur est restauré, au détriment de celui du shogun ; les fiefs et droits féodaux sont abolis en 1871 au profit d’une recentralisation du pouvoir… Le mot d’ordre était “esprit japonais et méthodes occidentales”, ce qui a mené à une industrialisation réussie et d’une importante rapidité, avec le soutien de conseillers et spécialistes occidentaux.

Pour reprendre les bornes chronologiques établies par l’UNESCO, l’industrialisation du Japon englobe trois phases sur une courte période, entre les années 1850 et 1910 :

  • La phase initiale pré-Meiji (1853-1867) est une période d’expérimentations proto-industrielles dans la sidérurgie et la construction navale, s’inscrivant dans le contexte de la fin du shogunat, et initiant une sortie de la politique isolationniste du Japon.
  • La deuxième phase à partir des années 1860, accélérée par la nouvelle ère Meiji (1868-1912), a mené à l’importation de technologies et de compétences occidentales par la seule porte d’entrée autorisée sur le Japon pour les puissances étrangères, le port de Nagasaki.
  • La dernière phase de l’ère Meiji (entre 1890 et 1910) correspond à une industrialisation à grande échelle, réalisée en adaptant les technologies occidentales aux besoins et aux traditions du Japon. Bien que l’industrialisation se soit poursuivie après 1910, la grande période d’innovation technologique était achevée, et l’industrie japonaise était alors bien installée.

Sous l’impulsion du gouvernement japonais, visant le développement d’un capitalisme proprement japonais, la société Mitsubishi est créée en 1870 par Iwasaki Yatarō, un ancien membre du clan Yamauchi (dissous en 1868), et conseillé par le “samouraï écossais” Thomas Blake Glover, un homme d’affaires arrivé au Japon en 1859. Se spécialisant d’abord dans le transport maritime, Mitsubishi se retrouve rapidement confrontée à la nécessité de s’assurer un approvisionnement stable en charbon, pour alimenter sa flotte : rachetée en 1890, Hashima figure parmi les mines acquises par l’entreprise.

Apparence de Hashima dans les années 1900-1910, avant l’introduction du béton armé. Source : http://www.marchandmeffre.com/gunkanjima/1.

De la genèse à la chute de la mine de Hashima

Aux yeux des Japonais, Hashima est devenu un laboratoire moderne de l’architecture et de l’urbanisme, d’abord par l’édification d’une digue côtière de près d’1,2 kilomètres autour de l’île, permettant un agrandissement de la surface disponible (l’île faisait 320 mètres de long pour 110 mètres de large, seulement un tiers de sa taille actuelle, qui est de 480 mètres de long pour 160 mètres de large, soit 6,3 hectares), puis par l’introduction d’un nouveau matériau de construction, le béton armé. En effet, le bois et la brique, essentiellement utilisés à l’époque Meiji, sont remplacés par du béton armé dès la construction de l’immeuble n°30 de sept étages en 1916, et dans toute la période post-Meiji. Notons que l’utilisation du béton armé à Hashima a été l’une des premières au Japon, près de dix ans après son apparition en Europe et aux États-Unis, et relevait, pour l’époque, de l’exploit architectural et technique.

Agrandissements successifs de la digue et donc de la surface de Hashima. Source : Yoshitaka Akui & Hidemi Shiga, Studies of the Modern Buildings on Gunkanjima (1916-1974), 1986.

L’édification de cette cité minière a été poussée par l’accroissement de la population, atteignant déjà les 3.000 habitants en 1916, et les 5.000 dans les années 1950-1960 (cette exceptionnelle densité de population est considérée comme l’une des plus importantes au monde dans les années 1970) : cela s’explique par la politique menée par Mitsubishi, qui a souhaité, dès le début de son aventure minière, faire des économies sur l’acheminement des mineurs sur l’île, en y établissant une colonie permanente, dotées de toutes les infrastructures nécessaires au bien-être des mineurs et de leurs familles (un hôpital, une école, des temples, des restaurants et magasins, un cinéma, une piscine et même une maison close, sur laquelle je reviendrai).

La zone industrielle occupait la surface plate de l’île, tandis que la zone résidentielle occupaient essentiellement des terrains rocheux fortement escarpés. Les conditions de vie étaient donc caractérisées par des espaces restreints, où les familles vivaient dans des pièces d’une dizaine de mètres carrés, et où les immeubles étaient reliés les uns aux autres par des ruelles, des escaliers, des coursives, des passerelles, et même des tunnels. À cela, s’ajoutent les conditions climatiques redoutables, qui pouvaient couper pendant plusieurs jours les approvisionnements en nourriture de l’île, et entraîner l’inondation des niveaux inférieurs des habitations.

Le Sports Day devant l’ancienne école en bois de Hashima. Source : https://www.gunkanjima-museum.jp/img/gallery/0c547a90f4270915d3c11bb4b7d597cc-1281×975.jpg.

Partie industrielle de l’île. Source : https://www.gunkanjima-museum.jp/img/gallery/img14.jpg.

La mine était maintenue en fonctionnement 24h/24, par des équipes de huit heures, pour extraire, à son apogée dans les années 1950-1960, plus de 400.000 tonnes de charbon par an (150.000 au début du siècle). La mine est considérée comme “sous-marine”, car elle pouvait atteindre les 1.000 mètres de profondeur, sous le niveau de la mer : les mineurs faisaient donc face à une humidité élevée, une chaleur extrême et une poussière de charbon constante, et les fréquents incendies et accidents miniers ont coûté la vie à plus de 200 mineurs en 84 ans d’activité. En guise de compensation, le mineur de Hashima gagnait, à l’époque, davantage qu’un simple employé de bureau à Tokyo, ce qui explique pourquoi les foyers de l’île étaient équipés des derniers modèles de télévision et d’autres commodités technologiques.

Malgré tout, tout s’écroule dans les années 1970. Confrontée au déclin de l’industrie charbonnière face à la montée du pétrole, Mitsubishi décide de fermer la mine de Hashima en janvier 1974, car elle n’est plus rentable. L’île minière qui était un fleuron de la révolution industrielle japonaise, devient le 20 avril 1974, une “île fantôme”. Restant la propriété privée de Mitsubishi, plus personne ne peut y accéder. Les décennies passent et l’état du patrimoine de Hashima se détériore de manière significative, sous les effets climatiques et du passage de typhons : les vestiges des maisons et aménagements en bois jonchent en grande partie le sol, et le béton armé résiste mal aux agressions de la mer et du vent.

L’ouverture au tourisme et l’inscription de Hashima à l’UNESCO

Après trente ans d’abandon, en 2002, Mitsubishi cède Hashima à la municipalité de Takashima, elle-même absorbée par la préfecture de Nagasaki en 2005. Après des travaux à hauteur de 100 millions de yens (680.000 dollars), l’île s’ouvre en 2009 à des excursions touristiques, attirant, encore plus depuis son inscription à l’UNESCO, des centaines de milliers de visiteurs par an. La visite offre un bref aperçu des bâtiments érodés par le temps et la mer : les agences privées proposent des circuits de trois heures, dont deux autour de l’île en bateau, puis une heure sur place, limitée à un parcours à l’extrémité sud de l’île, loin des bâtiments principaux, et loin des éléments, relevants d’une “valeur universelle exceptionnelle” d’après l’UNESCO. Notons que cette ouverture au tourisme en 2009 coïncide avec l’apparition du phénomène illégal d’exploration urbaine ou urbex, qui voit notamment des photographes étrangers s’aventurer dans les décombres de Hashima, venant témoigner de la dégradation de son patrimoine, mais également avec l’acquisition d’une forte notoriété grâce au cinéma hollywoodien, d’abord en 2010, avec le film de Christopher Nolan, Inception, qui s’est inspiré des ruines et de la digue de l’île, puis en 2012, avec le film de Sam Mendes, Skyfall, où le grand méchant de James Bond se terre (bien qu’en raison de l’instabilité de l’île, une reconstitution en a été faite en studio).

En 2015, l’île de Hashima est inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO, parmi les “sites de la révolution industrielle Meiji au Japon (sidérurgie, construction navale et extraction houillère)”, sites patrimoniaux essentiellement au sud-ouest du Japon, représentant le premier transfert d’industrialisation réussi de l’Occident à une nation non occidentale. Les critères retenus pour l’ensemble de ces sites sont les critères (ii) et (iv) :

  • Critère (ii) : Les sites représentent collectivement le processus par lequel le Japon féodal a opéré un transfert de technologie depuis l’Occident à partir du milieu du XIXe siècle, progressivement adaptée aux besoins et aux traditions du pays, permettant au Japon de devenir en un court laps de temps, une nation industrielle de rang mondial au début du XXe siècle.
  • Critère (iv) : Perçu comme une réponse culturelle asiatique aux valeurs industrielles occidentales, l’ensemble est un exemple technologique exceptionnel de sites industriels qui reflète l’industrialisation rapide et originale du Japon sur la base de l’innovation locale et de l’adaptation des technologies occidentales.

Il est intéressant que le Japon ait proposé, dans sa candidature, le critère (iii) (apporter un témoignage unique ou du moins exceptionnel sur une tradition culturelle ou une civilisation vivante ou disparue), qu’il justifiait par la formation originale d’une “culture industrielle” proprement japonaise, témoignant de la force des traditions culturelles face à un changement économique, technologique et social sans précédent. Cependant, l’UNESCO a rejeté cet argument sous prétexte que ces “traditions culturelles” n’étaient pas les principaux vecteurs du développement industriel.

Pour ce qui est de Hashima, l’île relève des critères (ii) (adaptation des techniques occidentales d’extraction pour résoudre les problèmes rencontrés dans l’exploitation minière sous-marine, comme l’introduction de ventilateurs pour mine occidentaux) et (iv) (représentation des premières exploitations minières sous-marines et de leur développement, témoignant d’un ensemble technologique nouveau).

Coupe transversale de la mine de charbon de Hashima. Source : https://blog.naver.com/wonh55/221349058484.

Hashima, un patrimoine de « l’humanité » ou avant tout japonais ?

L’inscription de certains sites industriels japonais au patrimoine mondial de l’UNESCO a soulevé de nombreuses critiques de le part de la Chine, de la Corée du Nord et de la Corée du Sud, en raison de la non-reconnaissance par le Japon de l’emploi de travailleurs forcés chinois et coréens, y compris à Hashima. En 2014, à la veille de l’inscription, un accord est passé entre le Japon et la Corée du Sud, pour que soit officiellement reconnue l’exploitation de travailleurs forcés coréens, cependant, cet accord n’a finalement pas été respecté par la partie japonaise, car rien ne le lui obligeait, une fois sa candidature validée en 2015 par l’UNESCO. Du côté de la Corée du Sud, l’objectif de cet accord était probablement de se trouver un soutien au sein de l’UNESCO pour ses propres candidatures patrimoniales.

Hashima est un site industriel, où ont été envoyés plus de 600 travailleurs forcés coréens et quelque 200 chinois (essentiellement des prisonniers communistes), pour remplacer les Japonais mobilisés dans l’armée. Des femmes coréennes ont également été exploitées dans la maison close de Hashima pour “améliorer la productivité des ouvriers coréens, qui avaient été séparés de leurs familles” (sur l’île voisine de Takashima et Hashima, il y en a eu près de 80). Les témoignages des survivants coréens relatent l’enfer de cette île, la surveillance constante, les conditions de travail abominables ayant entrainé la mort de plus de 120 d’entre eux, envoyés dans les zones les plus dangereuses de la mine : pour eux, c’était une “île prison sans espoir de fuite”, un “enfer maritime” et une “île de l’enfer”.

Ce qui pose problème aujourd’hui, est que le Japon tend à réécrire l’histoire de cette île en occultant le travail forcé : le discours, généralement mis en avant, promeut des conditions de travail difficiles, mais pas uniquement pour les Coréens et Chinois, qui auraient été sous contrat. L’occultation de cette mémoire est longuement constatée par les commissions de l’UNESCO, qui se sont rendus à Hashima et dans les musées qui lui sont dédiés : au Gunkanjima Digital Museum (musée privé, créé pour compléter les excursions en bateau) et au Nagasaki City Gunkanjima Museum (géré par la municipalité), les témoignages sont relégués au second plan, et encore en 2021, parfois considérés comme de la désinformation étrangère. Les rares actions du Japon pour les victimes du travail forcé ont été l’édification d’une stèle commémorative sur Hashima, et l’engagement par Mitsubishi de procédures de dédommagement des ouvriers, mais ces actions sont noyées par la politique touristique en place, qui met en avant des circuits où l’existence des travailleurs forcés n’est pas mentionnée : les anciens baraquements des travailleurs chinois, ont été détruits depuis bien longtemps, tout comme ceux des Coréens, ce qui fait qu’il ne reste aucune trace matérielle de leur existence.

Hashima est régulièrement balayée par la mer et les typhons. Source : https://xtech.nikkei.com/atcl/nxt/mag/na/18/00012/020300039/.

Un autre problème est la conservation patrimoniale de Hashima. Les rapports de l’UNESCO (de 2015, 2018, 2021 et 2023) font état d’un patrimoine à Hashima, dans un état avancé de détérioration, ce qui soulève des défis importants et urgents de conservation, mais qui ne sont pas relevés par l’ensemble des acteurs publics et privés japonais, officiellement coordonné par la ville de Nagasaki. Un programme de conservation a été mis en place seulement en 2018 pour une période de 30 ans, auquel a été consacré un budget total de 11 milliards de yens (100 millions de dollars) : parmi les trois phases établies, la première est consacrée à l’étude du patrimoine, et à la restauration prioritaire de la digue autour de l’île, en partie inscrite à l’UNESCO et qui protège l’entièreté de l’île d’une destruction. La stratégie adoptée par le Japon consiste donc à retarder la dégradation du patrimoine de Hashima, irrémédiablement condamné à disparaître, et de le sauvegarder, non plus matériellement, mais de manière dématérialisée et dans la mémoire, dans des musées.

Enfin, des critiques s’élèvent contre l’inscription de Hashima parmi les “sites de la révolution industrielle Meiji”, car sur plus de 80 éléments architecturaux relevés sur l’île (immeubles d’habitation, bureaux, écoles, puits de forage…), seulement cinq appartiennent à la période Meiji, et qui ont presque tous disparus (des galeries minières comblées, des portions de la digue, l’ancienne fosse n°2, des vestiges de la fosse n°3 et de son entrepôt de stockage) : l’UNESCO avait décidé d’attribuer à l’entièreté de l’île le statut de patrimoine mondial, en raison de l’éparpillement de ces éléments. Ainsi, l’apparence actuelle de Hashima ne date pas de l’ère Meiji, mais de celles de Taishō (1912-1926) et de Shōwa (1926-1989), dont les sites sont considérés comme seulement d’ “intérêt national local”.

Pour conclure, l’île de Hashima incarne une histoire complexe, mêlant progrès industriel et architectural, ponctuée par les guerres qui exigeaient toujours plus de charbon, mais mêlant également exploitation humaine, désolation post-industrielle et transformation patrimoniale. Aujourd’hui, les parties sombres de son histoire sont occultées par son inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO en tant que site de la révolution industrielle Meiji et par l’attrait touristique qui se dégage de ces ruines urbaines, ce qui mène à une bataille mémorielle, en témoigne le film sud-coréen Battleship Island de 2017, réalisé par Ryoo Seung-wan, qui raconte l’histoire fictive d’un soulèvement de travailleurs forcés coréens contre les militaires japonais et de leur évasion de Hashima en 1945.


Sources bibliographiques :

AKUI Yoshitaka & SHIGA Hidemi, 1986, Studies of the Modern Buildings on Gunkanjima (1916-1974), Tokyo Denki University, 50 p., URL : https://www.hashima-island.co.uk/_f/files/d0/FileItem-11167-StudiesoftheModernBuildingsonGunkanjima.pdf (consulté le 20/01/2024).

PALMER David, 2018, « Gunkanjima / Battleship Island, Nagasaki: World Heritage Historical Site or Urban Ruins Tourist Attraction? » in The Asia-Pacific Journal, vol. 16, no 4, p. 25, URL : https://apjjf.org/2018/01/Palmer.html (consulté le 20/01/2024).

UNESCO, « Sites de la révolution industrielle Meiji au Japon : sidérurgie, construction navale et extraction houillère », URL : https://whc.unesco.org/fr/list/1484 & https://whc.unesco.org/fr/list/1484/documents/ (consultés le 20/01/2024).

  • Évaluations des organisations consultatives
  • Décisions
  • Rapports de mission
  • Rapports sur l’état de conservation

Industrial Heritage Information Centre (IHIC, un think-tank en charge des sites de la révolution Meiji), URL : https://whc.unesco.org/fr/list/1484/documents/, https://www.ihic.jp/l/en-US/ & http://www.japansmeijiindustrialrevolution.com/en/ (consultés le 20/01/2024)

  • Dossier d’inscription 1484 (inscrit), 2015
  • Rapports des États parties sur l’état de conservation


Citer ce billet
Odon Beillet Le Béhérec (2024, 22 janvier). Hashima, vaisseau fantôme du patrimoine industriel japonais. Patrimoines et Politiques Mémorielles. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vwd2

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search