Des Mosquées au Japon ? Visite d’un patrimoine islamique contemporain à Kobe et à Tokyo

Par Azylis Bonnet (M2 Études japonaises) et Besma El Kahky (M2 Études arabes)

 

En mars 2021, le Japon comptait cent-treize mosquées, majoritairement de petites tailles et situées à Tokyo ou dans les alentours d’Osaka (大阪市 ; أوساكا), alors qu’en 1999, il n’y en avait que quinze. Cette croissance fulgurante que connaît le pays depuis quelques décennies, est en grande partie liée à l’immigration asiatique musulmane.

Largement méconnu, ce patrimoine matériel musulman érigé sur l’archipel nippon au cours des XXe et XIXe siècles, est ici abordé avec les cas des mosquées de Kobe et de Tokyo.

La Mosquée de Kobe

Kobe ou “La Mecque du Japon”

En 1909, de passage au Japon, le Tatar Abdül Resht Ibrahim avait proposé, sans succès, d’édifier une mosquée à Tokyo (東京都 ; طوكيو). Malgré de longues négociations et le terrain propice à accueillir un tel lieu religieux trouvé, le projet est finalement abandonné. Il faut attendre 1935, pour qu’en soit érigée une au Japon, à Kobe (神戸市 ; كوبه), ville située dans le département de Hyōgo (兵庫県 ; هيوغو) : il s’agit de la première et la plus ancienne mosquée du Japon.

Le contexte de récession économique ne permettant pas de financer un tel projet, c’est sous l’impulsion d’un marchand indien arrivé au Japon en 1928, Muhammad Abdul Karim Bochia, qu’une collecte de fonds est organisée pour la construction d’une mosquée. Bien que l’Islam ne soit pas reconnu comme religion au Japon, l’arrivée de nombreux musulmans dès la Première Guerre mondiale et le manque de lieux de culte incitent l’Empereur à en autoriser la construction.

Les architectes et mécènes à l’origine de ce projet souhaitaient qu’elle devienne “La Mecque du Japon” à Kobe, sorte de paradis et de lieu de rassemblement pour les musulmans résidents au Japon. Dans un communiqué de 1936, le maire de Kobe, M. Ginjiro Katsuda (1873-1952), se félicite même de la construction de cet édifice, souhaitant un renforcement des liens d’amitié entre Japonais et musulmans.

Signe du destin, en 1995, parmi les bâtiments rescapés du dévastateur tremblement de terre, se dresse la Mosquée de Kobe, restée miraculeusement intacte.

Kobe Muslim Mosque Report, April 30th 1936

Le style sud-asiatique de la Mosquée de Kobe

L’architecture de la Mosquée de Kobe est aussi intéressante que son histoire. Le dôme possède une toiture en cuivre (300×400 mm) et des surfaces courbes, avec une structure interne en bois. Le minaret comporte trois niveaux. Quant aux sols et aux murs, leurs formes sont différentes à chaque niveau. Le rez-de-chaussée comprend une salle de prière principale et un couloir. Le premier étage a une salle de prière plus petite, principalement destinées aux femmes.

L’espace est vide au-dessus de la salle de prière principale au rez-de-chaussée. Le deuxième étage comprend une grande salle de prière et un toit en pente avec un petit espace vide reliant la salle de prière principale. Cette fonction permet aux trois niveaux de la mosquée d’être connectés et de transmettre partout la voix de l’imam. L’intérieur est le même que celui de la salle de prière principale et du reste de la zone.

Les pionniers des immigrants musulmans ont été les marchands et commerçants indiens, arrivés au Japon à la fin du XIXe siècle. Puis, à la chute de l’Empire ottoman en 1918, des commerçants turcs partent vers l’Est à la recherche d’une vie meilleure. Si la présence des musulmans passait inaperçue, cela change au début des années 1980 avec l’arrivée massive, d’une ampleur inédite, d’immigrés musulmans dans le pays, pour la plupart, originaires de l’Asie du sud (le Pakistan, le Bangladesh, l’Inde), puis, aux origines plus variées, dont des Iraniens. Alors qu’en 2004, le nombre de musulmans étrangers au Japon atteignait les 70.000, il est aujourd’hui, selon les autorités japonaises, de 200.000.

La Mosquée de Tokyo, un exemple d’architecture néo-ottomane

La mosquée de Tokyo, plus connue sous le nom de “Tokyo Camii” (Tokyo jamii ; 東京ジャーミイ), est construite une première fois en 1938 dans l’actuel quartier de Shibuya, dans un contexte de renforcement des liens entre le gouvernement japonais et les communautés musulmanes. Il sert notamment de refuge, de lieu de rencontre et de prières pour les Tatars de Kazan, qui avaient fui la Révolution russe de 1917 et le régime bolchévique en émigrant au Japon.

Cérémonie d’inauguration de l’ancienne Tokyo Camii

Aujourd’hui, considérée comme la plus grande mosquée du Japon, la Tokyo Camii a été reconstruite sous la supervision de l’architecte turc Muharrem Hilmi Şenalp, une référence en matière d’architecture religieuse contemporaine (Voir https://www.hassa.com/tr/muharrem-hilmi-senalp). Achevée en 2000, la mosquée couvre une surface de 1.477 m² et correspond au style architectural ottoman, utilisant principalement, sur ses trois étages, des matérieux comme le marbre et la pierre. Nous retrouvons notamment le style artistique turc islamique dans la décoration intérieure du dôme et des murs (Kalemişi ou kalemkari). Bien sûr, elle ne comporte pas de portraits mais plutôt des symboles floraux et géométriques.

Autre caractéristique du style turc de ce bâtiment, l’ebru manifeste l’art turc de la marbrure. Cette technique consiste à dessiner des motifs sur de l’eau dans un plateau, puis à venir apposer un papier spécial sur le motif flottant afin que celui-ci s’accroche à la feuille.

La prééminence et le choix de l’architecture ottomane de cette mosquée peuvent s’expliquer, d’une part, par la contribution importante de la République de Turquie à sa reconstruction, et, d’autre part, par la présence d’une importante communauté musulmane venue de Kazan et de Mandchourie après la Révolution de 1917. De surcroît, les ouvriers étaient aussi principalement turcs et le matériel de construction (excepté les matières premières) importé directement de Turquie.

Scènes de la reconstruction de la Tokyo Camii

Localisées principalement à Tokyo ou aux alentours d’Osaka, les mosquées témoignent de la concentration des communautés musulmanes au Japon autour des régions où leur présence est la plus ancienne et où les premières mosquées ont été érigiées, comme celles de Kobe et de Tokyo.

Si ce sujet vous intéresse, n’hésitez pas à consulter les sources de cet article.


Sources :

The Asahi Shimbun, 25 mai 2023, Japan home to a growing Muslim presence as it embraces change ; https://www.asahi.com/ajw/articles/14903765

Yushi Utaka, 2016, The Kobe Muslim Mosque: Experience of “Miracles” – 1945 Air Raid & 1995 Earthquake, University of Hyogo, Japan ; https://www.mukogawa-u.ac.jp/~iasu2016/pdf/iaSU2016_proceedings_301.pdf

Oxford Academic, 2015, Founding The First Mosque in Japan – Terrains of Exchange: Religious Economies of Global Islam, Nile Green, pp. 235–280 ; https://academic.oup.com/book/36269/chapter-abstract/316504992?redirectedFrom=fulltext

OpenEdition Journals, 2009, Une construction des immigrants musulmans : La mosquée de Kobe, K. Sakuraai ; https://journals.openedition.org/remmm/6198

Middleeasteye, 27 novembre 2021, Le Japon, terre d’accueil d’un nombre croissant de musulmans; https://www.middleeasteye.net/fr/actu-et-enquetes/japon-musulmans-islam-augmentation-migrations-conversions-coexistence-integration

Japan International Cooperation Agency , 29 Juin 2023, « Muslim society in Japan” A lecture at Tehran University by a member of JICA Iran Office (May 15th 2023) ; https://www.jica.go.jp/english/overseas/iran/information/topics/2023/1514680_16807.html



Citer ce billet
Azylis Bonnet & Besma El Kahky (2024, 27 mars). Des Mosquées au Japon ? Visite d’un patrimoine islamique contemporain à Kobe et à Tokyo. Patrimoines et Politiques Mémorielles. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w46c

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search