La guerre d’Algérie et ses politiques mémorielles d’une rive à l’autre de la Méditerranée

Par Chloé Benamou (Master 2 Histoire, Civilisations, Patrimoine à l’Université Paris Cité)

 

« Quand les os se vident de leur moelle, la mémoire se vide à son tour. »[1]

 

Depuis quelques décennies, nous assistons à l’érection de monuments commémoratifs de la guerre d’indépendance algérienne. En Algérie, ce conflit armé est glorifié au titre de la guerre d’indépendance, tandis qu’en France, une politique d’amnistie est établie jusqu’à la reconnaissance officielle de cette guerre d’Algérie le 18 octobre 1999. Deux politiques mémorielles distinctes se font face. Par conséquent, dans quelle mesure la mémoire de la Guerre d’Algérie est-elle devenue l’instrument des politiques mémorielles respectives de la France et de l’Algérie ? Pour comprendre ce qu’est la politique mémorielle algérienne, il est essentiel de revenir sur le passé colonial.

De la colonisation à la décolonisation : des mémoires divergentes

En 1829, Charles X décide de lancer lexpédition d’Alger. Le 5 juillet 1830, les troupes françaises entrent à Alger et parviennent à s’en emparer, ce qui amène à la capitulation du Dey d’Alger. Ce n’est que bien après, en 1839, qu’elle prend le nom d’ « Algérie », découpée en différents départements français à partir du 4 novembre 1848.

Après plus d’un siècle de colonisation, la Guerre d’Algérie éclate. Le Massacre de Sétif, le 8 mai 1945, est un événement précurseur et fondamental de la lutte acharnée qui va suivre. Le 1er novembre 1954, une organisation voit le jour : il s’agit du Front de Libération Nationale (FLN), dirigé par des hommes tous issus d’une même union, celle du Parti du Peuple Algérien – Mouvement pour le Triomphe des Libertés Démocratiques (PPA-MTLD). Cette même date est également associée à l’évènement déclencheur de la guerre, la Toussaint Rouge, où des attentats sont organisés simultanément sur le territoire algérien. En ce 1er novembre 1954, nul ne s’attendait à ce que la France entre dans une nouvelle guerre. Côté algérien, le mouvement indépendantiste se renforce. Différentes branches du FLN font leur apparition, dont lArmée de Libération Nationale (ALN) et le Mouvement National Algérien (MNA) de Messali Hadj, le 5 décembre 1954. Cependant, l’année qui marque véritablement le basculement de cette guerre, est 1961, date à laquelle est créée à Madrid, l’Organisation de l’armée secrète (O.A.S). Cette nouvelle organisation d’extrême droite française et clandestine va mener une multitude d’actions meurtrières.

Au terme d’une guerre de plus de sept années, les Accords d’Évian, sous l’égide du Général de Gaulle, sont signés le 18 mars 1962. Le cessez-le-feu, lui, entrera en vigueur dès le lendemain, le 19 mars 1962. Le 3 juillet 1962, lAlgérie devient indépendante, et la date du 5 Juillet est déclarée jour de l’Indépendance, en référence à la capitulation du Dey d’Alger face aux Français en 1830.

Le Maqam Echahid à Alger : la représentation de la guerre de libération algérienne

L’étude du Monument aux Martyrs, plus connu sous le nom de Maqam Echahid (مقام الشهيد), conduit à une approche de la mémoire patrimoniale locale. Cet édifice est inauguré le 5 juillet 1982 en l’honneur du vingtième anniversaire de l’indépendance algérienne. C’est un symbole puissant de la mémoire et de l’histoire de l’Algérie, situé stratégiquement sur la colline d’El Hamma, et conçu par le peintre et directeur des Beaux-Arts d’Alger Bachir Yellès, le calligraphe Abdelhamid Skander et le sculpteur polonais Marian Konieczny. Surplombant la baie d’Alger, haut de 92 m, il peut apparaître comme une sorte de « tour Eiffel algérienne »[2], supportant à 47 mètres du sol une tourelle de style islamique d’un diamètre de 10 mètres et d’une hauteur de 25 mètres. Cette dernière est surplombée par un dôme de 6 mètres de haut.

ANONYME, Monument aux Martyrs : Maqam Echahid (مقام الشهيد ), Alger, en Algérie, 2024

Sa conception et sa réalisation ont impliqué un travail considérable, et son architecture imposante lui confère une présence remarquable dans le paysage d’Alger. Le Monument aux Martyrs est composé de trois palmes stylisées, qui symbolisent les trois époques de l’histoire de l’Algérie : la résistance, le combat et l’indépendance[3]. Il s’agit d’un bijou architectural qui représente le rayonnement de l’Algérie, et venant renforcer l’identité algérienne.

Le monument aux morts de la guerre d’Algérie en France : un lieu pour la mémoire collective

Inauguré en 2002 par le président Jacques Chirac, le mémorial national de la Guerre dAlgérie et de ses combats du Maroc et de la Tunisie (1952-1962) marque un tournant dans la politique mémorielle française. Conçu par l’artiste Gérard Collin-Thiébaut[4] et situé sur la promenade du quai Branly, non loin de la tour Eiffel, ce monument est composé de trois colonnes parallélépipédiques de 5,85 m de hauteur sur 60 cm de côté[5]. Elles sont munies d’afficheurs électroniques aux couleurs du drapeau français dont le but est de démontrer l’union nationale.

D’abord, la première colonne, de couleur bleue, fait défiler les noms des soldats morts pendant la guerre. Repris dans le Journal officiel du 4 août 1986, l’État français estime officiellement qu’il y a eu près d’1,4 million dhommes qui ont servi dans larmée française pendant la guerre d’Algérie, dont 300.000 étaient des militaires de profession et 1,1 million – des appelés du contingent (soit 77 % des effectifs totaux). Puis, la colonne blanche au centre, quant à elle, fait défiler les noms des victimes civiles de la guerre. Enfin, la dernière colonne, de couleur rouge, est interactive et permet aux usagers de rechercher un nom inscrit sur l’une des deux autres colonnes à l’aide d’une borne de recherche située à proximité.

BENAMOU Chloé, Mémorial national de la Guerre d’Algérie et de ses combats du Maroc et de la Tunisie (1952-1962), au Quai Branly, à Paris, 14 avril 2024

Au sol, est inscrite la phrase suivante : « À la mémoire des combattants morts pour la France lors de la guerre d’Algérie et des combats du Maroc et de la Tunisie, et à celle de tous les membres des forces supplétives, tués après le cessez-le-feu en Algérie [le 19 mars 1962], dont beaucoup n’ont pas été identifiés. » Cette inscription permet de rendre hommage à l’ensemble des victimes de ce conflit, et offre la possibilité aux visiteurs de se recueillir.

À gauche du monument, se trouve une plaque, sur laquelle peut-on lire : « La Nation associe les personnes disparues et les populations civiles victimes de massacres ou d’exactions commis durant la guerre d’Algérie et après le 19 mars 1962 en violation des accords d’Évian, ainsi que les victimes civiles des combats du Maroc et de Tunisie, à l’hommage rendu aux combattants morts pour la France en Afrique du Nord. » La question des disparus représente pour tous les conflits une question difficile, car l’absence de corps empêche les familles de faire leur deuil. Du côté français, on évalue le nombre de disparus à 4.000[6].

D’une rive à l’autre, les politiques mémorielles divergentes de la guerre d’Algérie

  • En Algérie

Cette guerre fait lobjet dune « hyper-commémoration » officielle depuis 1962. En effet, lexistence même de l’État algérien – cette nouvelle nation algérienne – était le but ultime de la lutte du FLN contre la France. Ce nouvel État est proclamé le 3 juillet 1962, à la suite du référendum du 1er juillet 1962, par lequel le peuple algérien avait ratifié les Accords dÉvian, accords considérés comme « la restauration de lÉtat algérien », initialement fondé par les Turcs au début du XVIe siècle.

Le gouvernement, le même en place depuis l’indépendance, glorifie cette guerre, normalise et exalte lhéroïsme et le sacrifice des nombreux martyrs. Ces mêmes martyrs, Chouhada (شهداء), sont morts pour une cause légitime : que puisse vivre leur patrie. Finalement, le Maqam Echahid (en dépit d’être une « référence esthétique »), reflète la puissance de la force de la nation, d’une part, grâce à son passé, et d’autre part, en renvoyant à cette chose tant espérée : une identité nationale. Cet édifice contribue ainsi à la construction de cette identité nationale algérienne[7].

Le pouvoir met en avant un processus dit d’ « algérianisation », qui passe notamment par la reconstruction de ce qui fait lessence de lAlgérie, cest-à-dire la langue arabe, lislam et la construction dun récit national correspondant aux aspirations de la nouvelle Algérie. En fin de compte, le monument représente un élément essentiel de la politique mémorielle et de la construction de l’histoire collective de l’Algérie. Au pied du monument, se trouve une esplanade circulaire, où brûle la flamme éternelle, mais également une crypte, un amphithéâtre ainsi qu’un musée souterrain.

  • En France

Sur l’autre rive, la politique mémorielle française de cette guerre est resté un sujet tabou de 1962 jusqu’à 1992. En effet, aucun chef d’État ne trouvait souhaitable d’y accorder une commémoration nationale, ce qui a conduit à l’instauration d’une politique d’amnistie. Une première phase damnistie est constatée avec une masse de dossiers à gérer, mis en attente et non traités. À cela, sajoute cette volonté de la part du gouvernement de « passer l’éponge » sur lusage de la torture pendant la guerre sur le simple fait que l’État ne souhaite pas envenimer la situation avec son armée qui a le sentiment de se faire « voler sa victoire », à un moment où l’armée est secouée par le putsch et les actions de lO.A.S[8]. Stéphane Gacon explique que « Cette amnistie souligne lextrême prudence du pouvoir civil face au pouvoir militaire dans un contexte de reprise en mains des affaires par ce pouvoir civil un moment affaibli. »[9] C’est pourquoi dans l’opinion publique, le terme de « guerre » nétait pas mentionné, mais il était question « d’événements », dans le but de minimiser la situation et de passer outre.

Cependant, le 10 octobre 1999, une reconnaissance officielle de la guerre d’Algérie est votée par l’Assemblée nationale et le Sénat. Le mémorial national de la guerre d’Algérie et de ses combats du Maroc et de la Tunisie (1952-1962) témoigne de cette politique mémorielle cherchant à renforcer le sentiment national et à réunir une société divisée. À cela, nous pouvons citer un second exemple qui est la répression sanglante du 17 octobre 1961[10], donnant lieu à l’inauguration d’un nouveau monument commémoratif, le 17 octobre 2019, sur le pont de Saint-Michel à Paris, par Anne Hidalgo, maire de Paris, en présence de Rachid Bladehane, le secrétaire général du ministère algérien des Affaires étrangères.

BENAMOU Chloé, Mémorial national de la Guerre d’Algérie et de ses combats du Maroc et de la Tunisie (1952-1962), au Quai Branly, à Paris, 14 avril 2024

BENAMOU Chloé, Mémorial national de la Guerre d’Algérie et de ses combats du Maroc et de la Tunisie (1952-1962), au Quai Branly, à Paris, 14 avril 2024

Par conséquent, l’instrumentalisation de la politique mémorielle nécessite une analyse approfondie. D’une part, en France, comme le mentionne Guy Pervillé, « la politique officielle continuait de tenir en deux mots : amnistie et amnésie […] »[11], donc sur un silence d’État. En France, le choix de “l’amnésie” en lieu et place d’une politique mémorielle française, engendre bien des difficultés et des divisions. Malgré cela, des lieux de commémorations tentent de s’imposer, mais très tardivement, puisque ce n’est que le 10 octobre 1999 qu’on en entend parler pour la première fois. D’autre part, pour les Algériens, cette guerre est glorifiée : ils exaltent cette victoire puisqu’il y a cette volonté de rendre hommage à ces hommes et à ces femmes, morts pour l’indépendance de leur pays. Nous assistons ainsi à l’unification nationale du pays à travers cette politique mémorielle qui se veut révolutionnaire.


Notes de bas de page :

[1] AISSAOUI RAGHI, Jihene, Héroïnes oubliées, Distribution Librairie Sana, Paris 11e, Tome 1, 2024. Extrait de Adday serfen ighsan, iserf awed lâeqel, La Bataille de Tazizaout «trous de mémoire», OCCAD.org

[2] QUEMENEUR, Tramor, Un mémorial pour la guerre d’Algérie, Histoire, Université de Colombia, 2016, URL : https://estudogeral.uc.pt/bitstream/10316/48505/1/Un_memorial_pour_la_guerra_dalgerie_10_2016_Canope.pdf

[3] Anonyme, 39 ans après la construction du Makam El Chahid, il constitue toujours la fierté des algériens, Canal d’Algérie, 5 juillet 2021, URL : https://youtu.be/YqzXbMLb1N8?si=MQFgsiviv1chAnBx

[4] COLLIN-THIÉBAUT, Gérard, né en 1946 à Lièpvre (France). Il vit et travaille à Besançon et à Vuillafans.

Source : ANONYME, Gérard Collin-Thiébaut, Institut d’Art Contemporain, Villeurbanne et Rhône Alpes, article non daté

[5] QUEMENEUR, Tramor, op. cit.

[6] Idem.

[7] BEGHOURA, Zouaoui, Identité et Histoire. Une approche philosophique, dans La Télémaque, numéro 27, pages 121-132, 2005

« En réalité, cette compréhension de l’identité algérienne, en dépit de la faveur qu’elle va rencontrer, va se heurter à des obstacles et révéler son incapacité à répondre à plusieurs questions et défis de la modernité. Elle va avoir à entrer dans une lutte aussitôt qu’elle se sera liée au nouveau pouvoir algérien et à une conception unique, rigide et métaphysique des réalités algériennes qu’il cherchera à imposer sous le triple mot d’ordre de « l’Algérie notre patrie, l’arabe notre langue, l’islam notre religion ». Cette métaphysique sera tenue jusqu’au reniement même de la nation algérienne au profit de la nation islamique dans les années 1980 ».

[8] PERVILLÉ, Guy, Histoire de la Mémoire de la Guerre d’Algérie, Édition SOTECA, 2022

[9] GACON, Stéphane, L’amnistie de la Guerre d’Algérie ?, dans Histoire de la Justice, Édition Association française pour l’histoire de la justice, numéro 16, pages 271-279, 2005, URL : https://www.cairn.info/load_pdf.php?ID_ARTICLE=RHJ_016_0271&download=1

[10] PERVILLÉ, Guy, op. cit., p. 112

« […] par l’association Au nom de la mémoire et par l’ancien militant maoïste Jean-Luc Einaudi, qui lui a consacré un premier livre retentissant : La bataille de Paris, 17 octobre 1961, en octobre 1991. »

[11] PERVILLÉ, Guy, op. cit., p. 30


Sources

ALCARAZ, Emmanuel, Les monuments aux martyrs de la guerre d’Indépendance algérienne : monumentalité, enjeux de mémoire et commémorations, dans Guerres Mondiales et Conflits Contemporains, Numéros 237, pages 125-146, 2010

ANONYME, Memorial de la guerre d’Algérie et des combats du Maroc et Tunisie, République Française, ONAC, non daté, URL : https://www.onac-vg.fr/hauts-lieux-memoire-necropoles/memorial-de-la-guerre-algerie-et-des-combats-du-maroc-et-de-la

ANONYME, Gérard Collin-Thiébaut, Institut d’Art Contemporain, Villeurbanne et Rhône Alpes, article non daté, URL : https://i-ac.eu/fr/artistes/554_gerard-collin-thiebaut

ANONYME, Maqam Echahid : L’empreinte d’une identité nationale, El Moudjahid, Algérie, Alger, Mars 2023, URL : https://www.elmoudjahid.dz/fr/culture/maqam-echahid-l-empreinte-d-une-identite-nationale-196397

BERGOURA, Zouaoui, Identité et Histoire. Une approche philosophique, dans La Télémaque, numéro 27, pages 121-132, 2005

FRANK, Robert, La mémoire et l’histoire, dans Les Cahiers de l’Institut d’Histoire du Temps Présent, Thématique : La bouche de la Vérité ? La recherche  historique et les sources orales, n°21, Novembre 1992. pages 65-72

GACON, Stéphane, L’amnistie de la Guerre d’Algérie ?, dans Histoire de la Justice, Édition Association française pour l’histoire de la justice, numéro 16, pages 271-279, 2005, URL : https://www.cairn.info/load_pdf.php?ID_ARTICLE=RHJ_016_0271&download=1

PERVILLÉ, Guy, Histoire de la Mémoire de la Guerre d’Algérie, Édition SOTECA, 2022

QUEMENEUR, Tramor, TENGOUR, Ouanassa Siari, THENAULT, Sylvie, Le dictionnaire de la Guerre, Édition Bouquin La Collection , 2023

QUEMENEUR, Tramor, Un mémorial pour la guerre d’Algérie, Histoire, Université de Colombia, 2016, URL : https://estudogeral.uc.pt/bitstream/10316/48505/1/Un_memorial_pour_la_guerra_dalgerie_10_2016_Canope.pdf



Citer ce billet
Chloé Benamou (2024, 29 avril). La guerre d’Algérie et ses politiques mémorielles d’une rive à l’autre de la Méditerranée. Patrimoines et Politiques Mémorielles. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/zibj

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search