Le patrimoine arménien : victime en sursis de la guerre entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan (2020-2023)

Par Taline Ter Minassian, qui a  reçu quatre ouvrages consacrés à la situation du patrimoine arménien dans la région sub-caucasienne.

 

Dans le contexte des guerres récentes, depuis la défaite de novembre 2020 et l’évacuation totale de la région d’Artsakh (Karabagh) en septembre 2023, la situation du patrimoine arménien est celle d’un patrimoine otage en voie d’une destruction intégrale irrémédiable. De nombreuses conférences destinées à alerter le grand public et à attirer l’attention des organisations internationales chargées de la protection du patrimoine ont été organisées en France et dans le monde. L’INALCO a été aux avant-postes avec l’organisation par Anna Leyloyan du colloque « Chouchi, La Perle du Caucase », les 11 et 12 décembre 2023 (voir https://www.inalco.fr/actualite/intervention-herve-barbaret-directeur-general-agence-france-museums-colloque-chouchi-perle).

Dans le même temps, les spécialistes du patrimoine arménien, notamment du patrimoine architectural médiéval dont il n’est pas exagéré d’écrire qu’il est une expression transcendante de la nation arménienne au sein du patrimoine universel (ce dont témoignent de nombreux classements à l’UNESCO), n’ont pas tardé à se déployer en ordre de bataille. Il est évidemment impossible de se faire l’écho de l’ensemble des initiatives mais nous rendons compte ici du travail de plusieurs équipes, au sein du monde académique et associatif.

À Brno, la revue Convivium et le travail de l’équipe du professeur Ivan Foletti

À l’université Masaryk de Brno, en République tchèque, Ivan Foletti a fondé une équipe extrêmement active et dynamique. Dynamique, car ce jeune professeur enseigne à ses étudiants, l’histoire de l’art médiéval de façon performative : il leur propose de marcher et de découvrir à pied les grands sanctuaires du Moyen-Âge occidental, partant du principe qu’il est nécessaire d’appréhender par le corps et par l’esprit, l’extraordinaire pouvoir spirituel de l’art et de l’architecture. Accomplir le chemin comme le faisaient les pèlerins sur les routes de Saint-Jacques de Compostelle est donc la proposition pédagogique endurante du professeur Foletti. Certes, il existe encore des petits pèlerinages en Arménie et en Iran, mais il serait bien difficile dans le contexte géopolitique actuel d’accomplir à pied la route des grands monastères. En Anatolie orientale, ceux-ci ont été abandonnés, détruits intentionnellement ou par l’action du temps, à l’image du célèbre monastère Sourp Garabed de Mouch.

Ivan Foletti est également le rédacteur en chef de la revue Convivium, publiée sous les auspices des Départements d’histoire de l’art de l’université Masaryk et de l’université de Lausanne, ainsi que de l’Institut d’histoire de l’art de l’Académie des Sciences de la République tchèque. Magnifiquement éditée – photographies, cartes, croquis, vues axonométriques à l’appui – cette revue a livré en 2023 un numéro intitulé Re-Thinking Late Antique Armenia : Historiography, Material Culture, and Heritage[1]. Il s’agit de mettre en valeur et de repenser le patrimoine arménien non pas comme un élément marginal mais au contraire comme un acteur majeur de « l’Antiquité tardive »[2]. Dans ce numéro, on trouve des contributions de spécialistes, comme celle de Patrick Donabédian qui présente l’Âge d’Or de l’architecture arménienne, le VIIe siècle, comme le point culminant du patrimoine de l’Antiquité tardive, tandis que d’autres visent à replacer ce patrimoine dans les traditions historiographiques successives. Ici l’angle abordé est véritablement novateur. Annalisa Moraschi s’intéresse par exemple à la place de l’Arménie médiévale dans la production artistique et culturelle italienne du XIXe siècle, et pose une question originale encore inexplorée : comment le Risorgimento s’est-il intéressé à l’Arménie médiévale ? Toutes les contributions sont remarquables, mais parmi celles qui résument au mieux l’approche historiographique de ce numéro, celle de Ivan Foletti et de Pavel Rakitin sur la situation du patrimoine médiéval arménien en URSS durant la « Grande Guerre Patriotique » (1941-1945) fait utilement dialoguer l’Antiquité Tardive avec une période beaucoup plus contemporaine. En effet, le régime soviétique a relâché la pression sur les institutions religieuses durant la Seconde Guerre mondiale.

Fruit d’un programme de recherche de trois ans, projet majeur remporté à la SNRF (Fondation pour la Recherche Suisse), coordonné par Michele Bacci et la GAČR (Fondation pour la recherche scientifique tchèque), Cultural Interactions in the Medieval Subcaucasian Région : Historiographical and Art-Historical Perspectives[3] est une publication en deux volumes, magnifiquement illustré et d’une facture tout aussi professionnelle que le numéro de Convivium. Parue en 2023 sous la direction d’Ivan Foletti, elle propose d’approcher les espaces sacrés dans les cultures médiévales sub-caucasiennes (volume 1) et de déchiffrer les études consacrées à l’histoire de l’art du Caucase méridional en replaçant l’orientalisme dans son contexte impérial et colonial de 1801 à 1991 (volume 2). Examinant sous un œil critique les productions (en russe, en français, en anglais, en allemand et en italien) de l’orientalisme consacrées à l’histoire de l’art du Caucase méridional, du XIXe siècle jusqu’à la guerre froide, le volume 2 comporte cinq grands chapitres chronologiques allant du Grand Jeu du XIXe siècle à l’effondrement de l’URSS. La question posée en introduction est la suivante : « comment l’histoire, et singulièrement l’histoire de l’art, ont été utilisées, pendant presque deux siècles, par différents acteurs impliqués dans les affaires politiques et culturelles de la région ? ». Une question qui pourrait s’appliquer aux enjeux politiques et géopolitiques contemporains lorsque ce même patrimoine est l’objet de la patrimonialisation d’un côté, d’une politique d’anéantissement et de destruction de l’autre.

Le patrimoine au Caucase, otage des guerres (2020-2023)

Autre éditeur orientaliste de renom, Brill fait paraître le volume 31 de la série de textes et d’études consacrées aux chrétiens orientaux (Texts and Studies in Eastern Christianity) : il s’agit d’un ouvrage imposant tant par son volume que par son ambition. Intitulé Monuments and Identities in the Caucasus[4], édité par Igor Dorffman-Lazarev et Haroutioun Khatchadourian, l’ouvrage s’intéresse au Karabagh, au Nakhitchevan et à l’Azerbaïdjan dans la perspective du conflit géopolitique actuel. Comme l’écrit Vincent Duclert dans sa préface, « ce livre représente un excellent exemple de ce que la recherche académique est capable de faire lorsqu’elle est confrontée à une catastrophe : avec détachement et objectivité, elle peut reconnaître un désastre, le situer dans un contexte historique, décrire les événements et en identifier les responsables. Par la diffusion de la connaissance, la recherche académique peut en dernière instance restaurer ces traces d’humanité dont la destruction et l’oblitération ont été l’objectif de forces antagonistes, gouvernements ou agents étatiques (…). Les catastrophes auxquelles nous nous référons consiste en l’éradication délibérée et méthodique de toute trace humaine après qu’un territoire ait subi un changement démographique radical ». Les auteurs se réfèrent bien sûr au dépérissement et à la destruction du patrimoine arménien après le génocide de 1915 dans l’Empire ottoman, et au patrimoine architectural de l’Artsakh dont l’intégralité de la population arménienne a été évacuée en septembre 2023. La destruction des monuments, des églises, des cimetières est donc la manifestation d’un génocide patrimonial, comme le rappelle Vincent Duclert dans l’avant-propos de cet ouvrage écrit dans le contexte qui a suivi la guerre entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan à l’automne 2020.

Le concept de « génocide culturel » et la réécriture du passé : l’exemple de la destruction du cimetière arménien de Djoulfa

Rassemblées par Igor Dorfmann-Lazarev, professeur à l’université Saint-Clément-d’Ohrid de Sofia, et Haroutioun Khatchadourian, chercheur indépendant et rédacteur d’un inventaire pour l’UNESCO sur le patrimoine du Haut-Karabagh, les contributions à la première partie sont signées par Patrick Donabédian, Claude Mutafian et Aleksan Hakobyan, qui traitent de la topographie historique des monuments de l’Artsakh, du Nakhitchevan et de l’Albanie du Caucase (Aghvan). Une seconde partie est consacrée à la genèse du nationalisme azerbaïdjanais et aux mythes identitaires liés aux ancêtres pré-islamiques de l’Azerbaïdjan. La genèse de ce nationalisme est évoquée notamment dans les chapitres rédigés par Stepan H. Astourian et par Étienne Copeaux. Enfin, la troisième partie porte sur la destruction du patrimoine arménien en Artsakh et au Nakhitchevan. Un inventaire et un relevé précis de la topographie des destructions entreprises par l’Azerbaïdjan a été réalisé. Les racines historiques et les mécanismes de l’extorsion des monuments sont évoqués dans un chapitre collectif rédigé par Hamlet Petrosyan, Anna Leyloyan, Haykuhi Muradyan et Armine Tigranyan.

Couverture de l’ouvrage Monuments and Identities in the Caucasus, paru chez Brill.

Le patrimoine arménien à l’heure de tous les dangers

D’une toute autre nature, mais traitant du même thème, le rapport d’activité de l’ONG “Organisation Terre et Culture” (OTC), vouée à la défense et à la restauration du patrimoine arménien durant la période 2020-2023, vient d’être publié[5]. Cartes et photographies à l’appui, ce rapport permet de se faire une idée de l’avancement des programmes de cette organisation sur le terrain, en dépit des budgets contraints et des bouleversements géopolitiques majeurs intervenus dans la région depuis 2020 : avec beaucoup de détermination, elle s’est notamment redéployée dans le sud de l’Arménie, dans cette fameuse région du Siunik, placée sous la menace directe de l’Azerbaïdjan depuis 2020. Différents programmes de restauration y sont détaillés, notamment celui de l’église Saint-Jean de Meghri, l’église Sainte-Hripsimé de Srachen, le désert ou l’ermitage de Dantzaparakh, mais aussi le sauvetage des monuments de Ankéghatogh, dans la région de Sissian, au nord du Siunik.

Adjoint au rapport, un dossier d’articles de réflexion géopolitique parus dans la presse française, montre l’urgence de la situation. Évoquant le Karabagh, mais également la région méridionale de l’Arménie, le Siunik, Kéram Kévonian, président de l’Union Internationale des organisations Terre et Culture, formule un constat sans appel : « comme les guerres qui l’ont précédé, le blocus du Haut-Karabagh n’a eu d’autre ressort que la négation du droit des Arméniens à la patrie ». Que deviendront les monastères arméniens de Gandzasar et de Dadivank à présent abandonnés en Azerbaïdjan ? Seront-ils voués au dépérissement, à l’exploitation mercantile ou à « l’inversion patrimoniale » ? Peut-être tout cela à la fois.

Au Karabagh, le monastère arménien de Ganzatsar (XIIIe siècle).

Situé dans le district de Kelbadjar restitué à l’Azerbaïdjan en décembre 2020, le monastère arménien de Dadivank (IXe-XIIIe siècles).


[1] Convivium, Supplementum 2023/1, Adrien Palladino, Ruben Campini, Annalisa Moraschi, Ivan Foletti (eds), Re-Thinking Late Antique Armenia, Historiography, Material Culture and Heritage.

[2] Notons que l’éditeur de la revue, les éditions Brepols (voir https://www.brepols.net/), publient également la revue Antiquité Tardive, Revue Internationale d’Histoire et d’Archéologie (IVe-VIIe siècles).

[3] Michele Bacci, Ivan Foletti (eds), Cultural Interactions in the Medieval Subcaucasian Region : historiographical and Art-Historical Perspectives, Vols 1&2, Viella, Rome, Masaryk University Press, Brno, 2023.

[4] Igor Dorfmann-Lazarev, Haroutioun Khatchadourian, Monuments and Identities in the Caucasus, Karabagh, Nakhichevan and Azerbaijan in Contemporary Geopolitical Conflict, Brill, Leyden, Boston, 2024, 584 pages.

[5] Organisation Terre et Culture, Rapport d’activité et réflexions sur l’Artsakh, 2020-2023, Janvier 2024, 85 pages.



Citer ce billet
Taline Ter Minassian (2024, 10 mai). Le patrimoine arménien : victime en sursis de la guerre entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan (2020-2023). Patrimoines et Politiques Mémorielles. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11npr

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search