L’affaire du Louvre d’Abu Dhabi (2013 – 2023)

Par F.L.T.

 

Louvre Abu Dhabi. Architecte : Jean Nouvel

Déroulement en France

En 2018 , lors d’un gala au MET, Kim Kardashian avait posé devant un sarcophage dit de Nedjemankh. La photo a été vue par un receleur (Roben Dib) qui a réalisé avoir été « oublié » par ses complices lors d’une transaction illicite avec le musée. L’affaire s’est peu à peu ébruitée sur fond de règlement de comptes.

https://www.nouvelobs.com/culture/20220807.OBS61773/d-une-photo-de-kim-kardashian-a-la-decouverte-d-un-vaste-trafic-d-antiquites-scandale-au-musee.html

L’affaire se déploie peu à peu autour d’une dizaine de pièces majeures d’origine illicite, « expertisées » par Christophe Kunicki et vendues pour un total de 56 millions d’euros par ses complices, la famille Simonian d’origine égypto-arméno-allemande, d’une part au Metropolitan Museum of Art (MET) de New York et au d’autre part au Louvre d’Abou Dhabi. L’enquête va être menée d’abord aux USA-Canada puis en France et en Allemagne.

La famille Simonian est basée à Hamburg. Les trois frères et leurs familles respectives sont de riches marchands d’art à la tête d’une collection de 25.000 objets. Le fonds de commerce familial est basé sur la légende d’une pseudo-collection privée égyptienne de Sayeb Bey Khashaba datant des années 1910. Cette prétendue collection sert de « source » inépuisable à de faux certificats d’origine, nécessaires à l’écoulement de pièces antiques volées ou de contrebande.

https://www.lemonde.fr/culture/article/2022/06/26/trafic-d-objets-egyptiens-la-famille-simonian-au-c-ur-de-l-enquete-qui-eclabousse-le-louvre_6132109_3246.html

Les Simonian s’attirent les bonnes grâces du Musée de l’Université de Bonn, du Musée de Trèves et du Musée Egizio de Turin par de nombreux prêts gratuits d’œuvres antiques. Ils obtiennent des diagnostics d’experts qui leur servent d’amorçages pour le recyclage sur le marché officiel en utilisant l’intermédiaire Ruben Dib et sa famille originaire du Liban (sa mère et ses 2 sœurs). Dib connaît Christophe Kunicki de la maison de vente Berger et Associés qui émet des certificats de complaisance et introduit certaines pièces sur le marché secondaire officiel. 

Pour combler les lacunes de pedigree, Roben Dib fabrique parfois des faux sur une vieille machine à écrire achetée à Berlin et met en scène des personnes décédées sans parfois vérifier la cohérence des dates. Dib et ses proches perçoivent des commissions au gré des transactions. Mais le partage des gains génère des disputes au sein des familles Simonian et Dib. Coup de théâtre, l’ex-femme de Roben le dénonce en 2014 à la police canadienne afin de conserver la garde de leur fils.

Finalement, le 27/06/2020, Christophe Kunicki est mis en examen pour « escroquerie en bande organisée, blanchiment et usage de faux » et en septembre 2020, le parquet de Hamburg lance un mandat d’arrêt et de perquisition chez 3 frères de la famille Simonian. Le 14/03/2022, Roben Dib, extradé en France, est mis en examen et écroué.

Les Escroqués

Jean-Luc Martinez

  • Né en 1964, Ecole du Louvre, agrégation d’histoire en 1989, conservateur en chef du Louvre pour la statuaire grecque en 1997, conservateur du patrimoine en 2007, directeur du département des antiquités gréco-latines du Louvre de 2007 à 2013, Président-directeur du musée du Louvre de 2013 à 2017 et reconduit de 2018 à 2021, nommé ambassadeur thématique sur la coopération internationale dans le domaine du patrimoine. Président du conseil scientifique de l’Agence France Muséums ;
  • Promoteur d’un Louvre plus « accessible », arrêt des expositions d’art contemporain au Louvre et déménagement des réserves du Louvre à Liévin près de Lens (62) ;
  • Rapport « 50 propositions françaises pour protéger le patrimoine de l’humanité » en 2015. A l’origine de la création de l’ALIPH (Alliance internationale pour la protection du patrimoine dans les zones de conflit), fondation créée en 2017 à Genève par le G7 de Ise-Shima au Japon (concrétisation des engagements de l’Unesco de 2015 et de la déclaration d’Abu Dhabi de 2016).

Jean-François Charnier

  • Né en 1969, Ecole du Louvre, conservateur du patrimoine, directeur des affaires culturelles des Pays de la Loire, membre de l’équipe de préfiguration du MuCEM en 2000, chargé de la politique des dépôts archéologiques au Ministère de la culture ;
  • Responsable culture et patrimoine d’Afalula, l’agence française de développement du site saoudien d’Al-Ula ;
  • Directeur scientifique (2013-2018) en charge du choix des pièces d’antiquités pour les acquisitions du Louvre d’Abu Dhabi auprès de l’Agence France Muséums (SAS d’actionnariat public regroupant les principaux musées français) pour la création du futur Louvre Abu Dhabi, projet initié en 2007.

Chronologie

16/02/2015 : Jean-François Charnier alerte par courriel son équipe en charge des propositions d’achats pour le Louvre Abu Dhabi sur l’origine douteuse de deux statues (un hippopotame et une Isis lactans). 

11/10/2016 : Jean-François Charnier demande à ses supérieurs de requérir l’avis des autorités égyptiennes avant l’achat de la stèle de Toutankhamon.

23/05/2022 : Jean-Luc Martinez et Jean-François Charnier sont mis en garde à vue le 23, puis mis en examen le 25 mais libérés sous contrôle judiciaire pour blanchiment et complicité d’escroquerie en bande organisée dans le cadre d’une affaire de trafic d’antiquités : 

  • Jean-François Charnier pour « blanchiment par facilitation de la justification mensongère de l’origine de biens de l’auteur d’un crime ou d’un délit » ;
  • Jean-Luc Martinez pour « complicité d’escroquerie en bande organisée et blanchiment par facilitation mensongère de l’origine de biens provenant d’un crime ou d’un délit » et manque de vigilance face aux incohérences des certificats d’origine de 5 pièces d’antiquité acquises par le Louvre Abu Dhabi en 2016.

04/11/2022 : La levée de la mise en examen est requise par l’avocat général. L’attention de la justice se focalise désormais sur la culpabilité des familles Simonian et Dib, celle de Christophe Kunicki et la responsabilité du directeur du Louvre Abu Dhabi, Manuel Rabaté, HEC) et son adjointe, décisionnaires finaux de l’acquisition.

03/02/2023 : Conclusions attendues du délibéré.

 

Louvre Abu Dhabi (اللوفر أبو ظبي) – le bâtiment

  • Inauguration en 2017 
  • Musée sur pilotis (4.536 pieux) situé sur l’île de Saadiyat aux Emirats arabes unis, architecte Jean Nouvel, coupole de 180 m de diamètre, 24.000 m2, dont 6.000m2 pour les expositions permanentes et 2.000m2 pour les expositions temporaires (stade de football=7.000m2) ;
  • District culturel comprenant le Sheikh Zayed national Museum (histoire des Émirats arabes unis) et le Guggenheim Abu Dhabi (art contemporain).

 

Accord inter-gouvernemental franco-émirati

  • Signé pour 30 ans en 2007 (prolongé de 10 ans en 2021) ;
  • Collection permanente de 620 œuvres achetées par les Emirats ;
  • Contribution totale émirati de 965m€ (+165m€) au bénéfice des musées français sur 30 ans (+10 ans) ;
  • Agence France Muséums, regroupant 12 musées français, chargée de la mise en œuvre de l’accord :
  • Prêts des musées nationaux français de 300 œuvres (+4 œuvres emblématiques dont le St Jean-Baptiste de Léonard de Vinci) ;
  • Livraison clef en main de 4 expositions temporaires par an ;
  • Assistance technique de la France pour les achats de constitution des collections permanentes (budget de 40m€/an).

 

Stèle de granit rose de 1,66 mètre de haut, du 14è s. av. JC, au sceau royal de Toutânkhamon

https://www.louvreabudhabi.ae/fr/Explore/highlights-of-the-collection/toutankhamon

  • Acquise pour 8,5m€ en 2016 par le Louvre Abu Dhabi 
  • Fausse vente initiale de 1933 par un marchand égyptien Habib Tawardos à un collectionneur et officier de marine allemand Johannes Behrens (inconnu) ;
  • Justification frauduleuse par sept faux documents déjà utilisés pour un autre objet.

 

Buste de Cléopâtre

https://www.louvreabudhabi.ae/fr/Explore/highlights-of-the-collection/head-of-a-ptolemaic-queen

  • Acquis pour 35m€ en 2018 par le Louvre Abu Dhabi 
  • Des incohérences de traçabilité et de provenance, sans autorisation d’exportation égyptienne 
  • Soupçon d’exportation illégale d’Egypte

 

Ensemble funéraire de la princesse Henouttaouy

https://www.louvreabudhabi.ae/fr/explore/highlights-of-the-collection/Funeral-set-of-princess-Henuttawy

  • Acquis pour 4,5m€ en 2014 par le Louvre Abou Dhabi ;
  • Exporté illégalement d’Egypte vers la Thaïlande en 2013, réexpédié par avion en Allemagne ;
  • Même falsification du certificat d’exportation égyptien que pour celui du sarcophage doré de Nedjemankh vendu au MET.

 

Modèle d’embarcation égyptienne en bois

https://www.pressreader.com/france/liberation/20220527/281500754873549

  • Acquis pour 0,2m€ en 2014 par le Louvre Abou Dhabi ;
  • Faux justificatif de provenance du « musée égyptien privé Khashaba », connu pour n’avoir jamais existé.

 

Sculpture d’hippopotame en faïence bleue

  • Acquise pour 0,9m€ en 2015 par le Louvre Abou Dhabi ;
  • Faux justificatif de provenance du « musée égyptien privé Khashaba », connu pour n’avoir jamais existé ;
  • Faux justificatif de mise en vente chez Pierre Bergé et Associés en 2014.

 

Sculpture d’Isis Lactans en bronze

https://www.louvreabudhabi.ae/fr/Explore/online-collection/the-goddess-isis-nursing-her-son-horus

  • Acquise pour 0,135m€ en 2015 par le Louvre d’Abou Dhabi ;
  • Faux certificat d’exportation égyptien similaire à celui du sarcophage doré du prêtre Nedjemankh (MET) ;
  • Nombreuses incohérences des documents de pedigree, notamment la facture de vente.

 

Sarcophage doré du grand-prêtre Nedjemankh

https://www.lesechos.fr/weekend/business-story/le-louvre-abu-dhabi-et-la-malediction-de-toutankhamon-1868169

  • Acquis pour 3,5m€ en 2017 par le MET ;
  • « Authentifié » par l’expert français Christophe Kunicki de Bergé & Associés ;
  • Pillé en Egypte pendant la révolution de 2011, exporté illégalement par conteneur maritime vers Dubaï pour restauration, réexporté en Allemagne avec une fausse facture de « sarcophage gréco-romain » puis réexporté vers la France ;
  • Le certificat d’exportation fourni au MET était faux : les tampons des autorités égyptiennes ne sont pas conformes avec ceux de la période concernée ;
  • Saisi en février 2019 par les autorités américaines et restitué à l’Egypte sans poursuites judiciaires contre les acheteurs.

 

Portrait de Fayoum dit «la dame en bleu»

https://www.connaissancedesarts.com/musees/metropolitan-museum/pillage-et-trafic-dantiquites-5-oeuvres-dart-egyptien-saisies-par-la-police-au-met-museum-de-new-york-11174080/

  • Acquis pour 1,2m€ en 2013 par le MET ;
  • Le catalogue de vente de l’expert citait des origines et des lignes de transmission truquées ;
  • Faux documents identiques à ceux utilisés pour deux autres objets vendus chez Pierre Bergé et Associés.

 

Cinq fragments d’une tenture historiée peinte du Livre de l’Exode

  • Acquis pour 1,04m€ en 2014 par le MET ;
  • Documents de provenance «assurément faux», notamment une fausse facture de 1936, déjà utilisée pour un autre objet chez Pierre Bergé et Associés.

 

Stèle égyptienne à la chanteuse

https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/art-culture-edition/louvre-une-stele-en-granit-du-musee-pourrait-avoir-ete-volee_5161576.html

  • Acquis pour 0,051m€ en 2015 par le MET ;
  • Le descriptif de l’objet par le MET est différent de celui produit par le vendeur ;
  • Soupçons d’utilisation de documents falsifiés, déjà utilisés pour vendre d’autres antiquités de provenance illicite.

 

L’affaire est emblématique par les circonstances propices à ce type d’escroquerie :

  • Pression diplomatique et commerciale pour tenir les délais de constitution d’une collection avant l’ouverture ;
  • Budget d’acquisition très important qui attire les convoitises et les escrocs ;
  • Pillages récents (Musées du Caire et de Saqqara en 2011) ayant entraîné des dispersions et conflits en Iraq-Syrie ayant permis des fouilles clandestines (Palmyre en Syrie et Musées irakiens) ;
  • Tentation de fermer les yeux, de baisser le niveau d’exigences ou de se contenter des apparences face à des opportunités ou des pièces exceptionnelles ;
  • Failles dans la préparation des dossiers de provenance destinés aux comités d’instruction et d’acquisition ;
  • Flou des critères de traçabilité :
  • Documents officiels et sous seing privé (Quelles législations applicables ? Quelles autorités légitimes ? Ancienneté réelle de l’exportation ? Détection des faux ? Remplois de justificatifs ?) ;
  • Confusion d’utilisation des documents administratifs et des documents commerciaux (catalogues) et contractuels (factures et certificats) des maisons de vente (biais tautologiques et conflits d’intérêts).
  • Procédures approximatives, culture de l’urgence, préférence donnée à l’objet en lui-même plutôt qu’à la fiabilité de sa traçabilité et de son pedigree ;
  • Ignorance des leçons du précédent scandale des 6 faux sièges acquis par le château de Versailles sur simple dossier et sans examen visuel, vendus par l’expert Bill Pallot pour 2,7m€ entre 2008 et 2012

Sitographie :



Citer ce billet
F.L.T. (2022, 25 décembre). L’affaire du Louvre d’Abu Dhabi (2013 – 2023). Patrimoines et Politiques Mémorielles. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vwcp

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search