La statue de Subhash Chandra Bose sur Kartavya Path : mémoire de l’indépendance et discours nationaliste

Par Constance Papillon

 

Chaque 15 août, les Indiens célèbrent l’anniversaire de l’indépendance de leur pays avec enthousiasme. En 2022, cette fête nationale s’est parée d’atours particuliers : l’Union Indienne a fêté ses 75 ans.

Le 8 septembre suivant, le Premier Ministre Narendra Modi a inauguré à Delhi près d’India Gate une statue monumentale de Subhash Chandra Bose, figure célèbre de la lutte pour l’indépendance.

Quelle est la véritable nature de l’opération mémorielle dans laquelle s’insère cette réalisation patrimoniale ? Pourquoi le choix de ce héros-ci précisément ? Quelles conclusions en tirer sur le traitement de la mémoire et de l’histoire par le pouvoir en place ?

Azadi Ka Amrit Mahotsav : deux ans et demi de célébrations nationa(list)es pour fêter 75 ans d’indépendance

La formule « Azadi ka Amrit Mahotsav » pourrait se traduire littéralement par « Grande célébration immortelle de la liberté ». Pour comprendre la portée de l’intitulé, il faut en passer par un peu d’étymologie. Le terme amrit (origine sanskrite) renvoie à l’élixir d’immortalité qui est sorti du barattage de la mer de lait. Dans ce mythe cosmologique hindou, les dieux barattent avec les démons l’océan primordial pour en extraire ce nectar. Leur but est d’accéder à l’immortalité et devenir ainsi plus puissants que les démons pour maîtriser le monde.

Cet épisode important de la mythologie hindoue est donc invoqué par le gouvernement pour désigner la célébration de l’indépendance s’étalant sur plus de deux ans, sous l’égide du Ministère de la Culture. Tout d’abord, s’est écoulé du 12 mars 2021 au 15 août 2022, un « compte à rebours » de 75 semaines. Pendant cette période, de nombreuses festivités culturelles ont été organisées aux quatre coins du territoire. Depuis le 15 août dernier, d’autres manifestations continuent de se dérouler, et ce jusqu’au 15 août 2023.

L’ensemble de l’opération est décrit comme tel par Narendra Modi : « Azadi Ka Amrit Mahotsav signifie élixir de l’énergie de l’indépendance ; élixir des inspirations des combattants de la lutte pour la liberté ; élixir des idées neuves et des engagements, et élixir de l’auto-suffisance. Ainsi, cette grande célébration est un festival de l’éveil de la nation, le festival du rêve réalisé de la bonne gouvernance ; et le festival de la paix globale et du développement. »[1] L’énergie des combattants de la lutte anticoloniale est donc présentée comme une source d’inspiration pour la nation future, et comme porteuse des projets actuels du gouvernement. La bonne gouvernance (lutte contre la corruption) et l’auto-suffisance s’avèrent en effet des arguments de campagne du Bharatiya Janata Party (BJP) puis des éléments de langage récurrents de la politique gouvernementale depuis les élections générales de 2014.

Rame du métro de Delhi aux couleurs d’Azadi Ka Amrit Mahotsav. oct. 2022

 

Affiche à l’effigie d’Ambedkar dans le train Aurangabad-Ahmedabad. nov. 2022

Azadi ka Amrit Mahotsav est porté par une offensive communication visuelle soigneusement contrôlée. Ainsi, durant mon séjour à Delhi (septembre 2021 – juin 2022) ou lors de mes actuelles pérégrinations, j’ai croisé très souvent le logo de la campagne ou ses déclinaisons, notamment dans les moyens de transport. Lors d’un récent voyage en train (moyen de transport très emprunté en Inde), j’ai été surprise de découvrir par exemple un wagon aux appui-têtes tricolores, placardé d’affiches présentant les héros de l’indépendance avec de courtes biographies.

L’hommage à ces derniers est l’un des volets majeurs d’Azadi Ka Amrit Mahotsav, et la commémoration de Subhash Chandra Bose s’inscrit dans cette politique mémorielle.

En octobre 2022, je me donc suis rendue à India Gate, l’un des lieux les plus visités à Delhi, pour y voir enfin cette statue de Subhash Chandra Bose dont le gouvernement parlait depuis le début de l’année. En janvier 2022, il avait en effet annoncé qu’une effigie monumentale avait été commandée au sculpteur Adwaita Gadanayak (également directeur de la National Gallery of Modern Art : voir billet d’octobre). Cette annonce précédait de quelques jours seulement la cérémonie du 23 janvier 2022 organisée pour les 125 ans de la naissance de Netaji (« leader respecté », surnom de S.C. Bose), au cours de laquelle N. Modi a inauguré l’hologramme projeté en lieu et place de la future statue.

Qui est Subhash Chandra Bose ? Pourquoi lui ?

Issu d’une famille bengalie aisée, S.C. Bose (1897-1945), fait ses études supérieures à Cambridge (comme Gandhi et Nehru), dans la perspective d’intégrer la haute administration indienne alors dirigée par les Britanniques. Mais il s’y refuse à son retour en Inde en 1921, préférant rejoindre le Parti du Congrès et la lutte pour l’indépendance dans le sillage de Gandhi. Il est plusieurs fois emprisonné, et exilé en Europe, où il se confronte aux idéologies communiste et fasciste. Son retour en Inde en 1937 marque le début de sa distance politique avec Gandhi. Il prône une économie socialiste fondée sur l’industrialisation et la planification, et, surtout, s’avère partisan de la lutte armée pour venir à bout de la domination coloniale. C’est de l’extérieur qu’il organise la résistance, soutenu par les puissances allemande et japonaise. Il organise avec l’aide japonaise une « Armée Nationale Indienne » et pénètre en Inde en 1944 par la Birmanie. Mais la défaite japonaise met fin à cette épopée et S.C. Bose meurt, semble-t-il (sa fin reste auréolée de mystère), des suites d’un accident d’avion dans un hôpital de Taïwan. Cette biographie à gros traits[2] nous dévoile une figure ambivalente au destin romanesque. Représentant dans les années 1920, avec Nehru, l’aile gauche du Congrès, il pactise avec les puissances de l’Axe car la liberté de l’Inde reste une priorité à tout prix.

Cette ambiguïté a été largement exploitée par le BJP et les organisations de l’Hindutva pour tenter de s’approprier la mémoire de ce héros de l’indépendance. Ainsi, l’on peut lire sur le site internet de la Hindu Janajagruti Samiti, organisation dévolue à l’établissement d’une nation hindoue, que « Nehru détestait Subhash Babu »[3]. Pourtant, de nombreuses sources[4] nous rappellent que les deux hommes se rejoignaient sur leur vision séculariste de l’Union indienne et leur critique du communalisme. Pour les tenants de l’Hindutva, Nehru est l’incarnation de l’idéologie séculariste qui sous-tend le contrat social indien à partir de 1947, soit une figure totalement antagoniste avec l’idéologie prônée par le BJP. Dans son discours du 23 janvier 2021 (124° anniversaire de la naissance de S.C. Bose), Narendra Modi insistait sur le caractère militariste de la lutte anticoloniale prônée par Netaji et multipliait les arguments pour prouver la religiosité hindoue du leader[5]. Nous avons vu précédemment à quel point sa biographie et ses engagements s’avèrent plus complexes. Enfin, la communication organisée autour de la statue a pour objectif de montrer comment ce héros négligé par les gouvernements précédents (soit par le Congrès) est désormais mis à l’honneur par le nationalisme hindou. La réécriture de l’histoire, dont celui-ci a fait une spécialité depuis sa conquête du pouvoir, est donc ici présentée comme un moyen de rétablir la vérité historique et de réparer une injustice nationale. Azadi Ka Amrit Mahotsav comporte d’ailleurs un volet dévolu aux « héros passés sous silence » (« Unsung heroes »).

Les choix artistiques faits pour l’effigie installée à Delhi portent eux aussi la rhétorique développée autour d’une figure incarnant la force, et rejoignant l’image du BJP et de Narendra Modi comme des symboles de la détermination nécessaires pour parvenir à bâtir une nation hindoue. A. Gadanayak explique ainsi le choix du matériau : « Puisque Netaji était une figure très forte, nous avons pensé au granit comme matériau pour sa statue car c’est une pierre extrêmement dure. De plus, on associe l’énergie de la couleur noire avec des divinités comme la déesse Mahakali et le Seigneur Krishna. En conséquence, le granite noir était un choix parfait pour la statue de Netaji et nous sommes ravis que le Premier Ministre s’en soit satisfait. » Notons également que les références culturelles sont exclusivement religieuses et hindoues. Dans le même article, le sculpteur souligne également l’injustice mémorielle réparée par la décision du Premier Ministre : « Il me semble qu’après tant d’années, Netaji se voit témoigner l’honneur tant attendu qu’il méritait de plein droit ».[6]

Logo d’Azadi Ka Amrit Mahotsav devant la National Gallery of Modern Art. Mumbai, oct. 2022

En octobre 2022, je me donc suis rendue à India Gate, l’un des lieux les plus visités à Delhi, pour y voir enfin cette statue de Subhash Chandra Bose dont le gouvernement parlait depuis le début de l’année. En janvier 2022, il avait en effet annoncé qu’une effigie monumentale avait été commandée au sculpteur Adwaita Gadanayak (également directeur de la National Gallery of Modern Art ). Cette annonce précédait de quelques jours seulement la cérémonie du 23 janvier 2022 organisée pour les 125 ans de la naissance de Netaji (« leader respecté », surnom de S.C. Bose), au cours de laquelle N. Modi a inauguré l’hologramme projeté en lieu et place de la future statue.

Vue de la statue sous son baldaquin dans l’axe d’India Gate. oct. 2022

Statue en granite noir de Subhash Chandra Bose. oct. 2022

Kartavya Path : une rénovation patrimoniale politiquement symbolique

La statue monumentale — plus de 8 mètres de haut ! — a donc été dévoilée et inaugurée par N. Modi le 8 septembre dernier. Elle se trouve à proximité d’India Gate, cet arc de triomphe installé en 1919 pour honorer le souvenir des soldats indiens et britanniques morts pendant la Première Guerre Mondiale. Elle a été installée sous le baldaquin qui abritait la statue de George V, Empereur qui avait décidé en 1911 de transférer la capitale de l’Inde britannique de Calcutta à Delhi. Plus exactement, la statue prolonge l’axe reliant Rashtrapati Bhavan (le palais présidentiel) à India Gate. Cet axe trouve son origine dans l’aménagement urbain conçu par Edward Lutyens au moment du transfert. Reliant la demeure du Vice-Roi à India Gate, le boulevard (« Kingsway » ) a été rebaptisé Rajpath en 1947 et la demeure du Vice-Roi est devenue celle du Président. C’est en 1968 que la statue de George V a été ôtée, pour être remplacée en 1971 par une flamme éternelle honorant la mémoire des soldats morts durant la guerre indo-pakistanaise de cette même année.

Le nouvel aménagement n’a bien entendu pas oblitéré la mémoire de cet événement, puisque l’antagonisme avec l’ennemi pakistanais (musulman) reste un élément structurant du discours nationaliste hindou. En janvier 2022, lorsqu’a été inauguré l’hologramme de Netaji, la flamme a été fusionnée avec celle brûlant près de l’arc de triomphe.

Cependant, l’installation de la statue s’insère dans une réappropriation mémorielle de l’ensemble urbain. Rajpath (« l’Allée de l’Etat ») a fait l’objet d’une rénovation totale (élargissement, installation de contre-allées en marbre plutôt qu’en sable, rénovation des espaces verts). Cet axe symbolique de l’indépendance a également été rebaptisé. Il s’appelle désormais « Kartavya Path », soit l’Allée du Devoir. Dans son discours du 8 septembre, le Premier Ministre justifie ainsi la décision : « Rajpath, anciennement connu sous le nom de Kingsway (avant l’Indépendance), symbole d’esclavage, fait maintenant partie du passé et a été effacé à jamais. Maintenant, une histoire nouvelle a été écrite sous la forme de Kartavya Path. (…) Désormais, parlementaires, ministres et dirigeants qui passeront par Kartavya Path se souviendront de leurs devoirs et cela les inspirera. »[7]

Pour d’autres, cette nouvelle dénomination remet tout simplement en question le contrat social post-indépendance d’un Etat fondé sur la souveraineté nationale. En 1947, Rajpath croisait Janpath (l’Allée du Peuple) : l’État tirait sa légitimité du pouvoir du peuple et de sa capacité à en assurer les droits (Etat de droit). Pour Gursharan Bhalla[8], la nouvelle dénomination marque le passage à un Etat de type orwellien, dans lequel les devoirs des citoyens passent avant les droits, les rendant seuls responsables de la bonne gouvernance.

Le patrimoine à forte portée symbolique de Delhi n’est pas le seul à faire l’objet de changements dans sa dénomination. De manière générale, les noms évoquant la culture musulmane sont visés. Par exemple, la ville d’Allahabad (Uttar Pradesh) a été renommée Prayagraj en 2018, sous la première mandature du Chief Minister Yogi Adityanath (BJP) : une manière de faire oublier l’héritage culturel moghol à la faveur de l’importance de cette ville dans la culture rituelle hindoue. Celle-ci accueille en effet régulièrement les Kumbh Mela, rassemblement religieux parmi les plus importants à l’échelle nationale.

La commémoration d’un héros de l’indépendance (choisi avec soin) par le biais d’une commande monumentale doublée d’une rénovation patrimoniale nous montre donc que la politique mémorielle du gouvernement central actuellement au pouvoir soutient un projet communaliste fondant son succès notamment sur la réécriture de l’histoire.

Kartavya Path Redevelopment Proposal : panneau d’information sur la rénovation patrimoniale installé à proximité d’India Gate. oct. 2022


[1]    Traduit de « The Azadi Ka Amrit Mahotsav means elixir of energy of independence; elixir of inspirations of the warriors of freedom struggle; elixir of new ideas and pledges; and elixir of Aatmanirbharta. Therefore, this Mahotsav is a festival of awakening of the nation; festival of fulfilling the dream of good governance; and the festival of global peace and development. » MODI, Narendra, cité par GOVERNMENT OF INDIA, MINISTRY OF CULTURE, Azadi Ka Amrit Mahotsav, 2021, [En ligne] URL : https://amritmahotsav.nic.in/about.htm, consulté le 16/11/ 2022.

[2]    Résumé de diverses sources :

LUEBERING, JE, « Subhas Chandra Bose » in Encyclopaedia Britannica, [En ligne] URL : https://www.britannica.com/biography/Subhas-Chandra-Bose, consulté le 17/11/2022.

Wong, Heng and Ong, Eng Chuan, « Subhas Chandra Bose » in Singapore Infopedia, [En ligne] URL : https://eresources.nlb.gov.sg/infopedia/articles/SIP_745_2005-01-22.html, consulté le 17/11/2022.

LAMONT, Thomas, « “Give Me Blood, and I Will Give You Freedom”: Bhagat Singh, Subhas Chandra Bose, and the Uses of Violence in India’s Independence Movement », Education about Asia 19:1, Spring 2014, pp. 5-10, [En ligne] URL : https://www.asianstudies.org/wp-content/uploads/give-me-blood-and-i-will-give-you-freedom-bhagat-singh-subhas-chandra-bose-and-the-uses-of-violence-in-indias-independence-movement.pdf /, consulté le 28/10/2022.

[3]    HINDU JANAJAGRUTI SAMITI, Life History of Subhash Chandra Bose : Father of the Indian Freedom, [En ligne] URL : https://www.hindujagruti.org/articles/47_subhash-chandra-bose.html#9, consulté le 28/10/2022.

[4]    Voir notamment les articles de presse publiés lors de l’inauguration de l’hologramme de la statue :

MUKHOPADHYAY, Nilanjan, «Modi & Netaji: Why BJP’s Appropriation of Bose Is a Necessity for the Party », The Quint, 24/01/2022, [En ligne] URL : https://www.thequint.com/voices/opinion/modi-netaji-why-bjps-appropriation-of-bose-is-a-necessity-for-the-party, consulté le 17/11/2022.

SHARMA, Vivek, « Modi’s Portrayal of Netaji as a Hindu Militarist Does the Secular, Socialist Bose a Disservice », The Wire, 29/01/2022, [En ligne] URL :https://thewire.in/history/why-its-necessary-to-acknowledge-netajis-secular-socialist-and-democratic-legacy, consulté le 17/11/2022.

[5]    Ibid.

[6]    Traduit de : « Rajpath, earlier known as Kingsway (before Independence),the symbol of slavery, has become a matter of history from today and has been erased forever. Today a new history has been created in the form of Kartavya Path. (…)Now when parliamentarians, ministers and officers go on the Kartavya Path, they would be reminded of their duties and will get inspired. ». Cité par DASH, Dipak K, « India’s 75-year journey from Rajpath to Kartavya Path », The Times of India, 09/09/2022,[En ligne] URL : https://timesofindia.indiatimes.com/india/indias-75-year-journey-from-rajpath-to-kartavya-path/articleshow/94084000.cms, consulté le 19/11/2022.

[7]    BHALLA, Gursharan, « ‘Rajpath’ Was Given Its Name For A Reason, Now It’s Just A Piece Of History », The Times of India, 08/09/2022, [En ligne] URL : https://www.indiatimes.com/news/india/delhi-rajpath-name-579221.html, consulté le 17/11/2022.



Citer ce billet
Constance Papillon (2023, 26 janvier). La statue de Subhash Chandra Bose sur Kartavya Path : mémoire de l’indépendance et discours nationaliste. Patrimoines et Politiques Mémorielles. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vwcr

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search