La vente aux enchères des PM Mementos : politique mémorielle et pouvoir politique

Par Constance Papillon

 

Du 17 septembre au 12 octobre 2022, s’est tenue en Inde la vente aux enchères en ligne des « PM Mementos », organisée par le Ministère de la Culture du gouvernement central de l’Union Indienne.

« PM » comme « Prime Minister » et memento comme « un objet que l’on conserve pour se souvenir d’une personne, d’un lieu, ou d’un événement »[1].

Il s’agit de la vente des cadeaux offerts à Narendra Modi, le Premier Ministre de l’Union Indienne, dans l’exercice de ses fonctions. Cette opération se tient pour la quatrième fois depuis janvier 2019. Environ 1200 objets sont proposés pour cette édition. Leur vente est destinée à financer le  projet d’assainissement et de conservation/rénovation du Gange et de ses écosystèmes et infrastructures.

Dans quelle mesure cette vente témoigne-t-elle des orientations idéologiques du pouvoir politique actuellement aux commandes de l’Union Indienne ? Comment le patrimoine naturel et culturel est-il instrumentalisé ?

Un dénominateur commun : le Gange, symbole hindou nationalisé

Le Gange est un fleuve qui prend sa source dans l’Himalaya, pour traverser le nord de l’Inde d’ouest en est et finalement se jeter dans le Golfe du Bengale. Il est considéré comme sacré par les hindous et a un statut de divinité dans leur panthéon (Ganga, divinité féminine). S’y baigner purifie les corps et les âmes. Son parcours est jalonné de lieux de pèlerinage (notamment Bénarès/Varanasi). Mais il est également hautement pollué par les activités industrielles et agricoles.

Le « Namami Gange Program » a été lancé en juin 2014 alors que Narendra Modi venait d’accéder au poste de Premier Ministre après la victoire du Bharatiya Janata Party (BJP, Parti du Peuple Indien) aux élections législatives de l’Union Indienne[2]. Le projet a été reconduit suite à une deuxième victoire du BJP aux élections de mai 2019. La réhabilitation du fleuve faisait en effet partie du programme du BJP en 2014 comme en 2019, sa pureté étant « essentielle au bien-être spirituel et physique de l’Inde »[3]. On note donc que pour le BJP, il n’y a pas de différence entre la communauté hindoue et l’Inde. C’est ce qui fait le fondement de l’idéologie de l’Hindutva (« hindouité »). Alors que l’Union Indienne est née en 1947 d’un contrat social fondé sur la prise en compte de sa diversité culturelle et religieuse (devise « Unité dans la diversité »), les partisans de l’Hindutva, dont le BJP constitue le bras armé politique, prônent une conception  fondée sur l’équation nation indienne = nation hindoue.

Des symboles tels que le Gange sont donc largement exploités par la rhétorique nationaliste hindoue pour mobiliser l’opinion dans des moments-clés de la conquête du pouvoir politique.

Ainsi, lorsqu’est lancée en janvier 2019 la première vente aux enchères des PM Mementos, le BJP est déjà en campagne pour les élections générales de mai 2019. Officiellement, la période de campagne n’est pas ouverte. Mais rien n’interdit au Premier Ministre de céder les cadeaux reçus durant son exercice au profit du bienfait de la communauté hindoue/indienne.

La vente de septembre-octobre 2022 n’échappe pas à cette logique d’installation de l’idéologie de l’Hindutva dans les esprits. Comme pour la première édition de 2019, les institutions patrimoniales nationales sont largement sollicitées : les objets à la vente sont exposés à la National Gallery of Modern Art. Alors que son directeur Adwaita Gadanayaka affirme à la presse sa fierté d’accueillir l’exposition pour une noble cause[4], il n’omet pas non plus de rappeler dans un tweet le statut de rivière nationale du Gange[5]. Celui-ci a été déclaré en 2008, alors que le Congrès était au pouvoir. L’assainissement du Gange n’est pas non plus une préoccupation exclusive du BJP puisque le premier programme de réhabilitation de ce patrimoine naturel remonte à 1986, à l’initiative de Rajiv Gandhi (Parti du Congrès).

Mais avec l’opération PM Mementos, Narendra Modi parvient à associer sa propre personne à la sauvegarde d’une rivière dont le statut patrimonial tombe dans l’ambiguïté : patrimoine naturel d’importance capitale pour toute la communauté indienne, le Gange est présenté uniquement comme le symbole culturel et religieux d’une communauté hindoue assimilée à la nation.

Spécificité non négligeable de l’édition 2022 des PM Mementos, la vente a démarré le 17 septembre, jour de l’anniversaire de Narendra Modi. Cette information est mentionnée avec insistance dans la communication attachée à l’événement[6]. Un signe supplémentaire de la personnalisation du pouvoir autour de la figure de Narendra Modi.

Maquette du temple de Ram mise en vente sur le site de vente aux enchères Source : http://pmmementos.gov.in/#/EAuctionProductDetailsBeforeLogin?setAuctionld=NzO0Na%3D%3D, consulté le 11/10/2022

 

Copie d’écran du site de vente aux enchères : Yogi Adityanath offrant la maquette du temple de Ram à Narendra Modi Source : http://pmmementos.gov.in/#/EAuctionProductDetailsBeforeLogin?setAuctionld=NzQ0Ng%3D%3D, consulté le 11/10/2022.

Quelques objets significatifs

Les PM Mementos e-auctions proposent généralement des objets d’art et d’artisanat évoquant la diversité culturelle des peuples établis sur le territoire indien, ainsi que des objets de pouvoir (épées ou coiffes cérémonielles).

L’édition de 2022 se distingue par deux autres catégories de memorabilia.

Tout d’abord, les articles utilisés par les équipes sportives indiennes qui ont participé aux Jeux du Commonwealth de 2022 sont présentés par les médias nationaux comme « des témoignages de l’affection et de la reconnaissance populaires inspirées par le Premier Ministre »[7] : une occasion supplémentaire de rappeler l’adhésion suscitée par la personne de Narendra Modi.

En second lieu, parmi les articles-phares de la vente, figurent des maquettes de patrimoine bâti en devenir ou ayant fait l’objet d’une attention particulière du gouvernement Modi pour sa rénovation ou sa mise en valeur. Il s’agit à chaque fois de lieux de pèlerinage hindous de premier plan à l’échelle pan-indienne.

En décembre 2021, Narendra Modi a inauguré l’achèvement de la première phase de travaux destinés à faciliter l’accès au temple Vishwanath à Varanasi et la circulation des pèlerins dans ses abords. Ce temple est l’un des douze à accueillir en son sein un « Jyotirlinga » (linga de lumière), soit une représentation aniconique du dieu Siva particulièrement révérée par la communauté hindoue, à laquelle on attribue une énergie spirituelle extraordinaire. La mise en vente d’une maquette du temple Kashi Vishwanath est l’occasion de rappeler l’attachement du Premier Ministre à la communauté hindoue et son patrimoine religieux.

Plus significative encore est la mise en vente d’une maquette du Temple de Ram à Ayodhya. Actuellement, ce temple n’existe pas. A-t-il déjà existé ? Il est difficile de l’affirmer en l’état actuel des connaissances archéologiques. Mais pour les tenants de l’Hindutva, la ville d’Ayodhya est sans contestation possible la terre de  naissance de Ram (Ram Janmabhumi), héros mythique du de l’épopée indienne du Ramayana. Si les historiens accordent en général la valeur d’idiome culturel à l’histoire de Ram[8], les organisations hindouistes considèrent au contraire ce texte comme la relation de faits historiques avérés et ont fait de Ram une figure historique divinisée. Les organisations hindouistes ont érigé Ayodhya en symbole de ralliement de la communauté hindoue dans leur conquête du pouvoir politique. A partir de la fin des années 1980, elles ont argué que la destination initiale du site était le culte du dieu Ram et que la Babri Masjid, la mosquée qui occupait les lieux depuis le XVI° siècle, empêchait de s’y exprimer la dévotion hindoue. Au terme de deux ans de mobilisation politisée (organisée notamment par les responsables du BJP), la mosquée a finalement été détruite par une foule conduite en procession depuis divers endroits de l’Inde et galvanisée par des rituels donnant à une action fondamentalement politique l’apparence d’une démarche religieuse. Signe de la victoire de l’Hindutva sur la scène publique indienne, la Cour Suprême a approuvé le 9 novembre 2019 la construction d’un temple de Ram à l’emplacement de la mosquée détruite en entérinant le statut divin de Ram et en attribuant aux autorités musulmanes une autre parcelle pour la construction d’une mosquée[9]. La mise en vente de la maquette du temple en cours de construction sonne donc comme la possibilité donnée au grand public de participer à  l’épopée patrimoniale hindouiste. De plus, la maquette a été offerte au Premier Ministre par Yogi Adityanath, le Chief Minister de l’Uttar Pradesh, figure clivante du BJP, qui a été réélu à la tête de cet état en février 2021.

En d’autres termes, les PM Mementos montrent comment les réalisations (et destruction) patrimoniales du gouvernement Modi soutiennent une dynamique communaliste s’appuyant sur la réécriture de l’histoire et la sélection mémorielle.


[1] Traduit de « an object that you keep to remember a person, place, or event ». Définition anglophone du Cambridge Dictionary, [En ligne] : https://dictionary.cambridge.org/fr/dictionnaire/anglais/memento, consulté le 24 octobre 2022.

[2] L’Union Indienne est un Etat fédéral depuis son indépendance acquise en 1947. Les élections dites « générales »  sont les élections de l’assemblée législative fédérale (la Lok Sabha), dont la majorité désigne le Premier Ministre. Elles se tiennent tous les cinq ans.

[3] Traduit de  BHARATIYA JANATA PARTY, Pour une Inde unie dans l’excellence, Programme électoral 2014  p. 63 [En ligne] : https://www.bjp.org/files/2021-09/Manifesto_Hindi.pdf, téléchargé le 25 octobre 2022.  Voir également le programme des élections de 2019 : BJP, Sankalp patra, Lok Sabha 2019, p. 36, [En ligne] : https://www.bjp.org/manifestoPDF/BJP-Election-english-2019.pdf, téléchargé le 20 mai 2019.

[4] ZEE MEDIA BUREAU, « PM Modi’s 72nd birthday: From Kidambi Srikanth’s racket to Indian Hockey team’s signed jersey – Over 1,000 gifts received by PM to be auctioned today », ZEEnews.com, 17 septembre 2022, [En ligne] : https://zeenews.india.com/other-sports/happy-birthday-pm-modi-from-kidambi-srikanths-racket-to-indian-hockey-teams-signed-jersey-over-1000-gifts-received-by-pm-to-be-auctioned-today-2510876.html25 octobre 2022.

[5] National Gallery of Modern Art, compte Twitter, 3 octobre 2022,consulté le 25 octobre 2022.

[6] ZEE MEDIA BUREAU, op.cit.

[7] Traduit de « tokens of love and appreciation that the Prime Minister inspires amongst people. », ZEE MEDIA BUREA, ibid.

[8] GOLDMAN, Robert Philip, « Of Time and the Epic : Ramayana’s trajectory from Adikaavya to National Epic », in GRIMAL, F. (ed.), Les sources et le temps, A colloquium, EFEO, Institut Français de Pondichéry, 2001, pp. 211-227

THAPAR, Romila, VIRMANI, Arundhati (trad.) « L’histoire de Rama. L’élaboration continue d’une tradition écrite », Enquête 2 | 1995, [En ligne] URL : http://journals.openedition.org/enquete/317, mis en ligne le 10 juillet 2013, consulté le 03 mai 2019.

[9] SUPREME COURT OBSERVER, Ayodhya Title Dispute, [En ligne] : https://www.scobserver.in/cases/m-siddiq-v-mahant-das-ayodhya-title-dispute-case-background/, consulté le 2 juin 2022.



Citer ce billet
Constance Papillon (2023, 9 février). La vente aux enchères des PM Mementos : politique mémorielle et pouvoir politique. Patrimoines et Politiques Mémorielles. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vwcs

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search