Le temple Mahakaleshwar d’Ujjain : patrimoine religieux et discours nationaliste

Par Constance Papillon

 

Le 11 octobre 2022, Narendra Modi, Premier Ministre de l’Union Indienne, a inauguré le « Mahakal Lok », immense esplanade aux abords du temple Mahakaleshwar d’Ujjain (état du Madhya Pradesh). Ce lieu de pèlerinage hindou dédié au dieu Shiva abrite un linga, objet de culte de forme phallique universellement adoré en Inde.  Il s’agit de l’un des 12 jyotirlingas répartis sur le territoire indien. Ces « lingas de lumière » ont été évoqués dans un précédent billet au sujet du temple Vishwanath (Varanasi/Bénarès), dont une maquette était proposée à la vente aux enchères des PM Mementos. Ce dernier a aussi bénéficié d’une refonte de ses accès. Ces deux énormes chantiers, à l’achèvement célébré en grande pompe, s’insèrent dans un programme plus ample encore de mise en valeur du patrimoine religieux hindou, notamment les lieux de pèlerinage shivaïtes.

Quelle est la spécificité du cas d’Ujjain, que j’ai pu observer de plus près lors de ma présence sur le terrain début décembre ?

Que nous apprend-il de l’articulation des champs politique et religieux telle qu’elle anime la scène publique indienne depuis ces 10 dernières années ?

Le Mahakal Lok d’Ujjain : profondeur historique et puissance symbolique au service d’une fierté nationale restaurée

Les 12 temples abritant des jyotirlingas font l’objet d’une ferveur particulière de la part des dévots hindous. Quelle que soit leur orientation sectaire, tous ceux avec qui je me suis entretenue à leur sujet durant mes récentes pérégrinations m’ont expliqué qu’ils renferment « une énergie » ou « des vibrations » très puissantes, au pouvoir transformateur indéniable sur l’esprit humain. Faire le darshan[1] d’un jyotirlinga, ou même s’en approcher, c’est s’assurer de ressentir un effet bénéfique  pour peu qu’on garde l’esprit ouvert à sa puissance.

Dans cette conception énergétique de la transformation spirituelle, le jytotirlinga Mahakala abrité par le temple éponyme à Ujjain occupe une place de premier plan. Les Hindous sont en général très sensibles aux données astronomiques et aux conséquences astrologiques qui en découlent sur leur quotidien. Or la ville d’Ujjain se situe à l’intersection du méridien zéro de longitude et du Tropique du Cancer. Cette situation particulière en a fait un lieu d’observation scientifique du ciel privilégié depuis des temps séculaires. On peut d’ailleurs y visiter les vestiges de l’observatoire bâti au XVIII° siècle par le Maharaja Jai Singh. La ville, foyer de culture scientifique et religieuse accueillait depuis déjà plusieurs siècles mathématiciens, astronomes, poètes et pandits.

Dans la croyance astrologique hindoue, cela prête à la ville des propriétés particulières en matière d’appréhension du temps. Chaque jyotirlinga a sa propre identité, incarnant l’une des multiples formes du dieu Shiva. A Ujjain, c’est donc Mahakala (littéralement « le grand temps ») qui est présent. En faire le darshan multiplie non seulement les chances d’accéder à la libération ultime de l’âme (moksha : sortie du cycle des réincarnations) mais protège aussi d’une mort prématurée. Ce rapport particulier au temps et à la mort explique que le jyotirlinga d’Ujjain soit le seul orienté au sud, alors que les onze autres sont, comme la plupart des objets de culte et temples hindous, tournés vers l’est (soleil levant). Une légende locale raconte de plus que c’est à la demande de ses dévots que le dieu Shiva a décidé de résider à Ujjain, où le linga s’est alors spontanément manifesté. Le culte semble remonter au IV° siècle av. JC au moins (mentions poétiques), même si le temple actuel ne date que du XVIII° siècle[2]. Ses abords et la vieille ville sont parsemés d’autres sanctuaires dont la valeur historique concurrence l’attrait cultuel pour faire d’Ujjain une destination phare du tourisme religieux indien à l’échelle nationale. Cette profondeur historique se pare désormais d’un lustre nouveau apporté par le gigantisme du projet dont la première phase a été inaugurée en octobre. L’accès principal au temple se fait maintenant par une esplanade de près d’un kilomètre de long pouvant accueillir vingt mille pèlerins à la fois. Signalée par une colonnade de 108 piliers, elle est ponctuée d’immenses statues illustrant la mythologie du dieu Shiva ou figurant son entourage divin. L’ensemble du projet est doté d’un budget de 8 milliards de roupies (environ 90 millions d’euros), auquel la France contribue d’ailleurs par l’intermédiaire de l’agence de développement[3].

Le trident, symbole du dieu Shiva, accueille les visiteurs à l’entrée du site (photo : AB)

Il s’agit du troisième site à jyotirlinga à faire l’objet d’une opération d’expansion et d’embellissement en dix ans. Celle du temple de Kedarnath (Uttarakhand) se déroule actuellement jusqu’en 2023. En décembre 2021 — soit deux mois avant les élections à l’Assemblée Législative d’Uttar Pradesh — Narendra Modi inaugurait le corridor du temple Vishwanath à Bénarès. Tous les médias s’accordent à dire que cette opération n’est pas étrangère à la victoire du BJP en février 2022 dans l’état le plus peuplé d’Inde, et dont on dit souvent que les élections législatives sont un galop d’essai pour les élections générales (mai 2024) à l’échelle de l’Union. N’oublions pas que la rénovation des abords de ce temple était inscrite dans le programme électoral du BJP en 2019[4].

Dans son discours du 11 octobre, le Premier Ministre ne manque pas de citer les deux réalisations qui ont précédé Ujjain. Il les associe également à la construction en cours du temple d’Ayodhya en lieu et place de la mosquée Babri Masjid, qui a pu démarrer après que la Cour Suprême a finalement tranché en faveur d’une occupation du terrain par un temple hindou. Et l’ensemble de cette fièvre bâtisseuse hindouiste est présentée dans le cadre de la  rhétorique anti-envahisseur d’Azadi ka Amrit Mahotsav, qui, bien que célébrant la libération de l’occupant britannique, entraîne dans son sillage le discours bien rôdé contre le profanateur musulman : « L’histoire a été le témoin d’efforts et de changements de régimes qui ont conduit à l’exploitation de l’Inde et à son esclavage. Des envahisseurs comme Iltutmish[5] ont essayé de détruire l’énergie d’Ujjain. Mais comme l’ont dit nos sages, même la mort ne peut atteindre ceux qui sont protégés par le Seigneur Shiva. (…) C’est pourquoi dans cette célébration de la liberté, l’Inde est appelée à se défaire de la mentalité de l’esclavage et est fière de son héritage (…). C’est ainsi que la construction du temple de Ram à Ayodhya se poursuit très vite, le Vishwanath Dham de Kashi ajoute à la fierté de la capitale culturelle de l’Inde (…). »[2]

Les dieux font de la politique : appropriation des icônes et fièvre rénovatrice des temples

La mobilisation qui a conduit à la destruction de la mosquée Babri Masjid à Ayodhya reste un exemple d’appropriation de l’image du héros (divinisé) Ram par les forces nationalistes hindoues. Incarnation du roi idéal plaçant le destin de son peuple avant ses intérêts personnels, il est brandi sur la scène politique comme l’exemple de cet âge d’or perdu de l’Inde que propose de rétablir le BJP, et les leaders nationalistes ne se privent pas de s’identifier à lui.

Qu’en est-il pour le dieu Shiva, dont les sanctuaires font l’objet d’une attention particulière depuis le deuxième mandat du BJP ?

Le Premier Ministre semble tout d’abord affectionner particulièrement Kedarnath comme lieu de retraite avant d’importantes échéances. Il y avait passé quinze heures en méditation solitaire juste avant la phase finale des élections générales de mai 2019 : un sanctuaire shivaïte pour une pratique shivaïte par excellence. De l’image du  chef en méditation à son identification avec le dieu en question, il n’y a qu’un pas. Qui a été sauté, par le Premier Ministre comme par ses compagnons de route. Dans un numéro consacré à l’appropriation de la figure du dieu Shiva, le magazine Outlook rapporte ses propos en 2017, alors qu’’il était à Vadnagar (Gujarat), sa ville natale : « Bholenath (Shiva) est à Vadnagar, où à commencé mon itinéraire. Il est aussi à Kashi (Varanasi, sa circonscription parlementaire), où je suis parvenu. (…) Bholenath a le pouvoir de détruire et digérer le poison. Sa bénédiction m’a donné la force de digérer le poison que j’ai reçu depuis 2001. Qu’importe d’où vient le venin, j’ai la force de servir la terre-mère. »[7] La revue  évoque plusieurs témoignages de membres du BJP affirmant que le dieu s’est incarné en Modi, notamment lors de sa méditation à Kedarnath en 2019[8].

D‘autre part, si la figure du dieu Ram a permis de mobiliser les électeurs d’Inde du Nord, elle reste peu efficace en Inde du Sud, où le héros fait l’objet d’un culte beaucoup plus restreint, et où le BJP peine encore à s’implanter. Shiva y est en revanche très populaire, toutes castes confondues, ainsi que parmi les communautés tribales. Mais cette large popularité s’explique par la polymorphie du dieu, la diversité des cultes locaux qui lui sont rendus et ses dimensions symboliques très ambivalentes. Il s’agit donc d’une image divine beaucoup moins monolithique que Ram, donc beaucoup moins fédératrice et plus difficile à figer dans un schéma iconographique répondant aux exigences stratégiques d’une couleur politique. L’appropriation de cette image à des fins électorales reste donc une stratégie hasardeuse aux résultats incertains.

En revanche, la « politique des temples » s’avère une arme de conquête dont l’efficacité n’a pas échappé non plus aux forces politiques rivales du BJP.

Gigantisme d’un Ganesha dansant (fils de Shiva) sur le site d’Ujjain (photo : AB)

L’état de l’Orissa, par exemple, est doté d’un patrimoine religieux hindou dont la valeur archéologique le dispute à l’importance rituelle. La capitale Bhubaneswar accueille de nombreux anciens temples shivaïtes toujours en activité, alors que le temple de Jagannath, haut-lieu de pèlerinage krishnaïte, draine vers la ville côtière de Puri plusieurs dizaines de milliers de pèlerins par an et que le temple de Konarak à quelques kilomètres de là figure parmi les joyaux du Patrimoine Mondial de l’Humanité. En 2019-2020, le temple Lingaraj de Bhubaneswar (XI° siècle), et ses abords ont bénéficié de travaux de rénovation et d’embellissement pour un budget de 7 milliards de roupies. Le Jagannath à Puri se voit actuellement doté de nouveaux espaces de circulation et d’accueil du public : l’enveloppe s’élève à 8 milliards. Quant à Konarak, la fièvre des corridors s’en est également emparée pour un coût de 3,75 milliards. Il s’agit de la réponse du gouvernement de Naveen Patnaik, figure charismatique et Chief Minister de l’Orissa, à la progression du BJP dans toutes les instances locales ces dernières années. « Naveen Patnaik essaye d’imiter la politique des temples du gouvernement central en Inde, où personne ne pense plus à autre chose. Le temple Jagannath est le point faible de tous les Odiyas, c’est donc un moyen facile et sûr de marquer des points dans l’électorat »[9], explique la sociologue Rita Ray.

La présence structurante du fait religieux dans les dynamiques politiques indiennes peut surprendre les observateurs français nourris d’une laïcité confinant les débats religieux à la sphère privée. Elle nous permet ainsi de mieux comprendre la spécificité du sécularisme à l’indienne. En 1947, les bâtisseurs de la nation ont fait le choix d’un contrat social garantissant l’égalité de traitement de toutes les religions par l’État. Mais elles ne sauraient être conçues autrement que comme des acteurs sur la scène publique, tant la pratique religieuse irrigue tous les domaines de la vie publique et privée indienne.


[1]    Traduit de : « Bholenath (Lord Shiva) is in Vadnagar, from where my journey started. He is in Kashi (Varanasi, his parliamentary constituency) too, where I have now reached. (…) Bholenath has the power to cosnume and digest poison. His blessings have given me the strength to digerst all the poison  that I have received since 20001. No matter who spews venom., i have the strength to serve the motherland. », Cité par BHATTACHARYA, Abhik, « Making Political Capital », Outlook, 31/10/2022, pp. 10-14.

[2]    BHATTACHARYA, Abhik, ibid.

       BHARDWAJ, Ashutosh, « Multivalent & Volatile », Outlook, 31/10/2022, pp. 6-8.

[3]    Traduit de : « Naveen Patnaik is trying to imitate the central government’s temple politics in India, where no one thinks about anything else but temples. Jagannath Mandir is too much of a weakness for Odiyas, therefore this is a safe and easy way to win points among the electorate. » Cité par KRISHNAN, Revathi, « Odisha is on temple renovation drive, experts say it’s Naveen Patnaik’s answer to BJP’s rise », The Print, 22/10/2021, [En ligne] URL : https://theprint.in/india/odisha-is-on-temple-renovation-drive-experts-say-its-naveen-patnaiks-answer-to-bjps-rise/785322/, consulté le 01/11/2022.

[4]    BJP, Sankalp patra, Lok Sabha 2019, p. 36, [En ligne] : https://www.bjp.org/manifestoPDF/BJP-Election-english-2019.pdf, téléchargé le 20 mai 2019.

[5]    Souverain mamelouk du XIII° siècle à qui l’on attribue la destruction du premier temple d’Ujjain.

[6]    Traduit de : « History has been witness to the efforts, change of circumstamstances, changes of regimes leading to India’s exploitation and its enslavement. Invaders like Iltutmish tried to destroy the energy of Ujjain. Burt as our sages said, even death can not harm those who are sheltered by Lord Shiva. (…) That is why in Azadi ka Amritkal, India has called for the liberation from the mentality of slavery and is proud of its heritage (…). It is thus that the construction of Ram Temple in Ayodhya is going on at full speed, Vishwanath Dham in Kashi is adding pride to the cultural capital of India (…). ». Cité par MEKAAD, Salil, « Ujjain: Prime Minister Narendra Modi inaugurates Mahakal Lok , lauds India’s spiritual energy », The Times of India, 12/10/2022, [en ligne] URL : https://timesofindia.indiatimes.com/city/bhopal/ujjain-prime-minister-narendra-modi-inaugurates-mahakal-lok-lauds-indias-spiritual-energy/articleshow/94798243.cms, consulté le 01/11/2022.

[7]    Darshan : interaction visuelle entre le dévot et l’image de la divinité (actualisant sa présence). Il s’agit d’une opération fondamentale de la pratique rituelle hindoue. En voyant et en étant vu, le dévot se rapproche un peu plus du divin dans lequel il doit ultimement se fondre pour atteindre la libération.

[8]    Les informations sur Ujjain sont la synthèse de diverses sources :

– DIVYA, A., « Mahakal temple in Ujjain: Why it holds special significance in Hinduism », The Indian Express, 12/10/2022, [En ligne] : URL : https://indianexpress.com/article/explained/explained-culture/mahakal-temple-in-ujjain-why-it-holds-special-significance-in-hinduism-8202228/, consulté le 01/11/2022 ;

– NEWS DESK, « ‘Most Sacred’ of Shiva’s Abodes? Why Ujjain’s Mahakal Mandir Holds Special Significance in Hinduism », News 18, 11/10/2022, [En ligne] URL : https://www.news18.com/news/india/most-sacred-of-shivas-abodes-why-ujjains-mahakal-mandir-holds-special-significance-in-hinduism-6145951.html, consulté le 01/11/2022.

[9]    ZEE MEDIA BUREAU, « Mahakal Lok : La France a donné 800 millions de roupies pour le corridor, voici pourquoi », Zee News, 11/10/2022, [En ligne] URL : https://zeenews.india.com/hindi/india/madhya-pradesh-chhattisgarh/mp/mahakal-complex-french-government-has-given-rs-80-crore-shri-mahakal-lok-ujjain-ssmp/1376910, consulté le 01/11/2022.



Citer ce billet
Constance Papillon (2023, 17 avril). Le temple Mahakaleshwar d’Ujjain : patrimoine religieux et discours nationaliste. Patrimoines et Politiques Mémorielles. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vwct

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search