Les conflits patrimoniaux des Bédouins d’Israël

Par Claude Kern

 

« Le nomadisme, c’est se sentir chez soi là où on se trouve dans le monde »[1].

En janvier 2022, un bataillon à cheval de l’armée israélienne charge une manifestation des bédouins du village de Sawe-Al-Trash, opposés à la plantation de milliers d’arbres dans la région.

Des manifestations contre la « forestation »[2] ? On est plutôt habitués à l’inverse !

Janvier 2022: bataillon à cheval de l’armée israélienne, contre la manifestation des bédouins du village de Same al.Atrash, opposés à la forestation de la région. Photo Ammar Awad/ Reuters. Jerusalem Post 13.01.2022.

L’évènement se déroule au sud d’Israël dans le désert du Néguev.

Le Néguev couvre 13 000 m2 soit 60% de la superficie du pays. Il abrite 8% de la population d’Israël, dont 30% de bédouins. Son développement est une des priorités de l’aménagement du territoire: « la conquête du désert»[3], un des fondements du sionisme. En janvier 2022, le boisement d’une parcelle du Néguev est entrepris par le Fond National Juif (FNJ), organisation para-gouvernementale chargée de transformer les terres arides en zones agricoles et habitables. L’opération se déroule à proximité du village bédouin de Sawe-al-Atrash. Pour les bédouins, il s’agit d’une spoliation qui réduit leurs surfaces de pâturages. Des manifestations sont menées pendant trois jours contre les techniciens israéliens, causant 12 blessés et 130 arrestations[4].

En règle générale, les manifestations sont organisées contre la déforestation, et non contre la « forestation ». Quelle est la nature du conflit révélé par cet événement, et quels en sont les protagonistes ?

Les bédouins d’Israël

Les bédouins sont le peuple du désert. Ils sont organisés en tribus nomades ou semi-nomades et en clans. Originaires de la péninsule arabique, ils se sont étendus depuis le VIIème siècle du Maghreb à l’Irak. Aux Proche et Moyen-Orient, on les trouve en Arabie Saoudite, Égypte, Syrie, Jordanie, dans les Territoires palestiniens et en Israël. Depuis le XXème siècle, ils se sont en grande partie sédentarisés, le renforcement des frontières rendant difficile leurs déplacements[5].

En Israël, la population bédouine compte 315 000 personnes d’après le Bureau central des statistiques, dont 210 000 vivent dans la région désertique du Néguev. Leurs activités traditionnelles sont l’élevage des ovins et la culture extensive[6]. Ils revendiquent une partie des terres du Néguev israélien, en vertu de leur propre système de tenure (tradition coutumière bédouine de l’occupation du sol) indépendant des pouvoirs successifs. Durant les siècles de domination ottomane jusqu’en 1918, les possessions bédouines ne furent pas enregistrées. Les bédouins ne se considéraient pas concernés par l’administration et souhaitaient se soustraire aux taxes foncières. Suivant le code foncier ottoman de 1857, leurs terres occupées de façon non permanente et non officielle furent soumises à la doctrine de la terre morte. En conséquence, ils n’ont pu accéder à la propriété formelle des superficies laissées en jachère. Ces règles furent inchangées pendant la période du mandat britannique qui succéda à l’Empire ottoman jusqu’à l’indépendance d’Israël en 1948. Pendant la guerre d’indépendance de 1947-1948, environ 80% des bédouins du Néguev quittèrent la zone pour échapper aux combats. La loi israélienne des absents de 1951, comparable à la terre morte ottomane a permis à l’État de récupérer les terres des bédouins non revenus après la guerre d’indépendance, et de les enregistrer comme terres domaniales, mawat selon l’ancienne terminologie ottomane.

Après le retour des bédouins en Israël à partir des années 1960, les contestations au sujet des terres se sont multipliées, sans que la justice israélienne ne puisse se prononcer. Le foncier n’avait pas été inscrit dans les registres cadastraux ottomans, anglais et israéliens.

La politique israélienne

Les bédouins israéliens sont des citoyens à part entière de l’État d’Israël. Ils ne sont pas concernés directement par le conflit israélo-arabe, n’ayant pas de revendication nationale. Ils effectuent le service militaire, à la différence des arabes israéliens qui en sont exemptés.

Les bédouins vivent majoritairement dans le Néguev, un axe de développement prioritaire pour Israël qui souhaite fertiliser le désert pour le peupler, y développer l’agriculture et l’industrie. L’objectif est également militaire, le Néguev étant frontalier du Sinaï égyptien.

Les bédouins vivent dans 7 agglomérations officielles et 2000 blocs d’habitation dispersés dont 35 agglomérations illégales non reconnus par l’État.

Les gouvernements successifs reconnaissent la minorité bédouine, qui doit conserver sa propre culture et vivre sous la Loi et la protection de l’État. Afin de permettre l’expansion du pays, Israël souhaite regrouper ces populations à l’intérieur de zones délimitées et régler les litiges fonciers en maintenant les meilleures relations possibles avec cette minorité nationale.

Dans ce contexte, une Autorité bédouine a été créée par le gouvernement en 2007 avec l’objectif de traiter les contestations foncières par la négociation et la concertation, pour mettre en place des solutions permanentes de résidences, et développer les infrastructures, l’éducation et l’emploi[7]. Son plan visait à mettre à la disposition des familles bédouines un terrain viabilisé dans une zone urbaine ou rurale ainsi qu’une aide financière, en contrepartie du renoncement aux revendications foncières.

En 2007, la Commission Goldberg a été mise en place par le gouvernement pour traiter les litiges fonciers. Elle recommandait la reconnaissance des villages illégaux sous réserve qu’ils ne pénalisent pas les plans de développement. La commission déclarait officiellement le lien historique des bédouins à la terre tout en affirmant l’inexistence de droit légal.

Une autre instance gouvernementale, la Commission Prawer fut ensuite créée pour mettre en place les recommandations de la Commission Goldberg. Dans ses conclusions en 2011 le plan Prawer-Begin recommandait le déplacement d’environ 40% de la population des villages illégaux dans les sept localités bédouines reconnues par l’État. Les déplacements devaient être assortis de compensations financières. En contrepartie, le reste des communautés illégales devait être reconnu et bénéficier des services publics. Ce plan Loi sur le règlement des implantations des bédouins dans le Néguev a été approuvé par le gouvernement en 2011. Mais il rencontra des critiques de tous bords. Les nationalistes le jugeaient beaucoup trop généreux. A l’opposé, le Comité des Nations unies pour les droits de l’homme et le Parlement européen, considéraient inacceptable le déplacement de la population, qui allait entraîner la perte des traditions culturelles et sociales des bédouins. Le projet de loi fut abandonné par le gouvernement avant même d’être présenté au Parlement.

L’aménagement du Néguev par Israël ne s’en poursuivit pas moins. En 2019, 120 000 bédouins étaient installés dans des communes urbaines ou rurales réglementées. La plus grande agglomération actuelle est Rahat, 80 000 habitants. La ville est divisée en 33 quartiers, dont 32 organisés par clans. La ville possède un parc industriel bien que la majorité des actifs travaillent à Beersheva.

Mais à ce jour, environ 90 000 bédouins vivent toujours dans des villages non reconnus, et refusent de les abandonner. Ces structures illégales sont détruites lorsqu’elles gênent les plans de développement. Pendant la seule année 2020, 2 600 d’entre elles ont été démolies (tentes, baraques en bois, bidonvilles en tôle etc..). Les populations concernées ont été relogées dans les communes réglementées et les terres libérées utilisées pour la mise en valeur de la région. Les villages illégaux bénéficient néanmoins de prestations qui ont valeur de reconnaissance partielle. Leur raccordement à l’eau a été effectué par la société nationale Mekorot. Début 2022, sous la pression du parti arabe Raam, membre de la coalition gouvernementale, les villages illicites ont été reliés au réseau électrique national.

Le cas du village non reconnu d’Al-Zarnug (5 000 habitants), situé à côté de Beersheva, la grande métropole israélienne du sud, illustre la complexité de la situation et les apparentes incohérences des décisions gouvernementales. Une clinique a été installée en 2003 pour soigner les populations du village et des implantations illégales voisines. Une école primaire et un collège ont été ouverts en 2000. En 2019 un lycée a été inauguré, malgré les oppositions des organisations nationalistes. Par contre, pendant la même période, des habitations ont été détruites, lorsqu’elles entravaient les plans d’aménagement. En 2022, des négociations sont toujours en cours pour le transfert de la population d’Al-Zarnug dans un nouveau quartier de Rahat[8], en contrepartie de l’abandon des revendications foncières.

La manifestation anti-forestation à Sawe-al-Atrash en janvier 2022 s’est déroulée dans ce même contexte. Les bédouins ont exprimé le refus de perdre leur patrimoine foncier, élément fondateur de leur identité.

Les risques et les menaces

Israël ne renonce pas au développement du Néguev, au contraire il l’intensifie. Le mouvement d’urbanisation se poursuit. Les accords de renonciation aux revendications foncières des bédouins se multiplient. Mais en 2019, 2 900 revendications foncières restent toujours non résolues.

Les problèmes se multiplient dans les agglomérations illégales. La population y est hors contrôle, se paupérise, avec un niveau alarmant de violence à l’intérieur et à l’extérieur des localités: crimes d’honneur, violences claniques, radicalisation islamiste, racket, attaques sur les routes etc… C’est le risque d’un État dans l’État.

Les difficultés apparaissent également dans les communes organisées. Une nouvelle prise de conscience nationale et une solidarité palestinienne anti-israélienne émergent chez les 3 000 étudiants inscrits dans les universités arabes de Bir-Zeit et Hebron et se diffusent dans la population. Ainsi, lorsque Naftali Bennet, alors Premier ministre fait une tournée dans le sud début 2022, il n’entre pas dans la ville de Rahat, mais l’observe de l’extérieur, ce qui fait dire au maire de la ville, Faiz Abu Sahiban : « C’est une insulte ! Rahat est une ville israélienne, à l’intérieur des frontières, pas en dehors »[9].

A ce jour, la question du patrimoine foncier des bédouins reste une revendication identitaire. Résoudre le problème permet aux bédouins de s’intégrer dans les règles d’un état moderne tout en conservant leur patrimoine culturel. Mais il subsiste une minorité irréductible à laquelle Israël reste confrontée, et qu’elle tente de gérer en maniant force et compromis.

Rahat: ville bédouine réglementée, vue aérienne. Photo Wikimedia

 

Village bédouin illégal dans le Néguev. Photo Regavim. Jerusalem Post 10.03.2022

 

Al-Zarnug, village bédouin illégal dans le Néguev, bénéficiant d’infrastructures. Photo Regavim. Jerusalem Post 10.03.2022


[1] MAHDI Mohamed, Professeur de sociologie rurale à l’Ecole Nationale d’Agriculture de Meknes, Maroc, in Medias 24, A la rencontre du Maroc 08.05.2022, « sur les traces des nomades de l’Oriental » par Btissam Zejly.

[2] forestation: expression utilisée pour « augmentation de la surface forestière », en opposition à la déforestation.

[3] BEN GOURION David, ancien Premier Ministre d’Israël: « fertiliser la terre aride et transformer le désert en pays habitable », Le sens de la révolution juive, Paris, Editions de la Terre Retrouvée, 1947.

[4] Source: L’Orient-Le-Jour, article de Stéphanie Khouri, 19.01.2022, version en ligne.

[5] Source: ZONSZAIN Pascale, Les bédouins du Néguev, In Press Pardès 2019/1 n° 64-65, pp 283-286, http://www.cairn.info/revue-pardes-2019-1-page-283.html

[6] CJPMO Canadiens pour la justice et la paix au Proche-Orient, Fiche d’information n°177, septembre 2013.

[7] Ambassade d’Israël en France: Minorités, les bédouins du Néguev, 09.12.2017

[8] Source : Negev Coexistence Forum pour l’égalité civile : http://www.dukium.org

[9] Source : Jerusalem Post, Sarah Ben-Nun, 13.01.2022



Citer ce billet
Claude Kern (2022, 22 novembre). Les conflits patrimoniaux des Bédouins d’Israël. Patrimoines et Politiques Mémorielles. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vwcn

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search