Le vol de manuscrits de Pouchkine à la BULAC, une nouvelle tendance dans le banditisme patrimonial ?

Coécrit par Odon Beillet Le Béhérec et Jeanne Dupont

 

La Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC) à Paris, au Pôle des langues et civilisations, qui regroupe également l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO, ex– « Langues O’ »), a été le théâtre d’un cambriolage dans la nuit du 9 au 10 octobre 2023. Alors que des suspects ont été appréhendés et mis en examen, cet événement fait écho à une série de vols ciblant des œuvres littéraires russes qui a récemment secoué plusieurs bibliothèques universitaires en Europe.

Entrée du Pôle des langues et civilisations (INALCO et BULAC). Source : Grégoire Maisonneuve / http://www.baldingervuhuu.com/projets/poles-des-langues-et-civilisation/client:inalco-institut-national-des-langues-et-civilisations-orientales

Un cambriolage rocambolesque à la BULAC

La BULAC, créée en 2003 sous la forme d’un groupement d’intérêt public, est sise depuis le 1er septembre 2011 dans le Pôle des langues et civilisations, au 65, rue des Grands Moulins, dans le quartier de la Gare du 13e arrondissement de Paris. Héritière de la Bibliothèque inter-universitaire des langues orientales et de la fusion d’un large ensemble de fonds et de bibliothèques, la BULAC conserve aujourd’hui plus de 1,5 million de documents, publiés dans près de 350 langues, ainsi que de nombreuses ressources électroniques, parmi lesquelles des ouvrages du célèbre poète, dramaturge et écrivain Alexandre Pouchkine.

Vue sur l’entrée de la réserve de la BULAC.

Interrogée par le magazine culturel Télérama, Marie-Lise Tsagouria, directrice de la BULAC, rapporte que la bibliothèque Diderot de l’École normale supérieure (ENS) de Lyon (dans le Rhône) avait informé la BULAC du vol de manuscrits et de premières éditions d’Alexandre Pouchkine[1]. Toujours d’après Marie-Lise Tsagouria, le 9 octobre dernier, un lecteur se présente avec une fausse identité d’étudiant bulgare en littérature russe, à la BULAC et demande à consulter les huit ouvrages en édition originale d’Alexandre Pouchkine, conservés dans les réserves de la BULAC[2]. Durant la nuit du 9 au 10 octobre, le même lecteur, accompagné d’un complice, revient à la BULAC, se blesse en s’introduisant par une vitre blindée donnant sur la rue, cassée à l’aide d’un pied de biche, et, ne trouvant pas les huit documents souhaités, en raison du strict protocole de la BULAC pour la consultation d’œuvres de valeur, repart finalement avec des ouvrages sans valeur, attrapés au hasard.

Cependant, contrairement à ce qui a été rapporté dans les journaux, les documents volés n’auraient pas une valeur de 50 à 60.000 euros, en témoigne le communiqué de la BULAC adressé au journal littéraire ActuaLitté le 29 novembre 2023 : « Les huit ouvrages imprimés subtilisés, qui ne présentent pas de caractère de rareté exceptionnelle, sont de faible valeur. Aucune édition originale des œuvres de Pouchkine n’a été volée à la BULAC ; l’établissement ne conserve pas de manuscrits de l’écrivain russe. Il n’y a eu aucune atteinte aux collections patrimoniales qui font l’objet de mesures de sécurité renforcées.[3] » Il a pu y avoir une confusion en termes de valeur entre les ouvrages volés à Paris, ceux volés à Lyon, ou encore ceux de la BULAC que les cambrioleurs espéraient emporter avec eux.

Le déroulé de l’enquête

L’enquête, initialement confiée à la Brigade de répression du banditisme (BRB) puis à l’Office central de lutte contre le trafic de biens culturels (OCBC) et à la sûreté départementale (SD) du Rhône, a permis d’établir un lien entre ce vol à la BULAC et celui, commis en juillet dernier, à la bibliothèque de Lyon, précédemment mentionnée, où des originaux avaient été remplacés par des copies.

D’après les informations du Journal du Dimanche, trois suspects de nationalité géorgienne ont été interpellés le lundi 20 novembre[4]. A l’issue de leur garde à vue, le vendredi 24 novembre, les trois suspects ont été mis en examen par un juge d’instruction parisien des chefs de « vol en bande organisée » et « association de malfaiteurs ». Toujours d’après le JDD, il s’agirait d’un homme de 56 ans, placé en détention provisoire, et de deux femmes, sa sœur et sa nièce, placées en contrôle judiciaire, mais niant leur implication, affirmant qu’elles ont simplement « hébergé » l’homme en question[5].

Ce qui est plus troublant est la défense de l’homme mis en examen. Il aurait, dans un premier temps, avoué avoir participé à des repérages et à la préparation des vols pour un commanditaire non identifié, avant de finalement se rétracter. Son avocat, Maître Dylan Slama, évoque que « les commanditaires de ces vols n’ont même pas été identifiés ». À cela s’ajoute qu’au cours des perquisitions, aucune des œuvres dérobées n’a été retrouvée, c’est pourquoi la SD et l’OCBC poursuivent leurs recherches afin de retrouver la trace des commanditaires et des œuvres volées : que sont-elles bien devenues ?

« Toutes les routes mènent… » -t-elles à Moscou ?

Ces cambriolages d’ouvrages littéraires à Paris et Lyon résonnent avec une autre vague de vols d’une valeur de près de deux millions d’euros, ayant touché des bibliothèques universitaires en Pologne et dans les pays baltes[6]. Des rayons de littérature russe du XIXe siècle ont été dévalisés, avec une tendance à remplacer les originaux par des copies allant de l’imitation bâclée à la contrefaçon soignée[7].

Les premiers signes de cette série remontent à avril 2022, lorsque la Bibliothèque nationale de Lettonie a été victime d’un vol, auquel a participé un citoyen géorgien, reconnu coupable de ce vol et condamné à six mois de prison. Le même mois, en Estonie, deux hommes prétendant travailler sur la censure et la politique éditoriale en Russie au début du XIXe siècle se sont présentés à la bibliothèque universitaire de Tartu pour étudier des œuvres de Pouchkine et de Gogol, mais quatre mois plus tard, la bibliothèque s’est aperçue de la substitution de huit de ces ouvrages, dont la valeur totale est estimée à 158.000 euros. En mai 2022, en Lituanie, la bibliothèque de l’université de Vilnius voit disparaître 17 de ses livres, pour une valeur de quelque 440.000 euros. La dernière victime est la bibliothèque de l’université de Varsovie (Pologne), qui ne s’est rendue compte qu’en octobre dernier, de la substitution de 79 livres de littérature russe du XIXe siècle d’une valeur de près d’un million d’euros, dont des premières éditions d’œuvres d’Alexandre Pouchkine et de Nikolaï Gogol. Ces vols ont été décrits par un employé de la bibliothèque universitaire, resté anonyme, comme organisés à une « échelle industrielle », avec des copies grossières à des contrefaçons soignées laissées en remplacement[8].

Curieusement, la piste de ces vols mène jusqu’à la Russie. Consultées par l’AFP, des captures d’écran du catalogue en ligne de Litfond (Литфонд), une maison de vente aux enchères opérant à Moscou, se présentant comme « leader incontesté des maisons de vente aux enchères de Russie, détenant près de 60 % du marché » (voir son site : https://www.litfund.ru/), montrent des livres portant des tampons et des numéros de catalogue de l’Université de Varsovie, ce qui renforce les soupçons d’une probable opération organisée depuis la Russie[9].

Les bureaux de Litfond à Moscou (Bolʹšoj Haritonʹevskij pereulok, d. 24, str. 2, ètaž 2). Source : https://msk.lifedeluxe.ru/commercial/view/402514

Enfin, Aglaé Achechova, chargée de collections à la BULAC, explique « Pour [les] compatriotes collectionneurs [d’Alexandre Pouchkine, ndlr], posséder ces éditions originales, au prix très élevé, c’est détenir les joyaux de la couronne »[10]. De son côté, l’universitaire et ancien diplomate polonais Hieronim Czesław Grala estime que ces vols ne sont ni une surprise ni une coïncidence, soulignant que les pays touchés sont ceux que « la Russie accuse de combattre la langue et la culture russes »[11]. Ces vols ont conduit à la démission d’Anna Wolodko, directrice de la bibliothèque, et contraint les bibliothèques universitaires à renforcer leurs mesures de sécurité, en commençant par la bibliothèque de l’université de Varsovie, dont un communiqué estimait que c’est l’assouplissement de la sécurité qui a contribué à cette situation[12].


[1] Télérama, 4 décembre 2023, « À Paris, une bibliothèque victime d’une étrange tentative de vol de livres de Pouchkine », Jean-Jacques Le Gall, URL : https://www.telerama.fr/livre/a-paris-une-bibliotheque-victime-d-une-etrange-tentative-de-vol-de-livres-de-pouchkine-7018340.php (consulté le 04/12/2023).

[2] Idem.

[3] ActuaLitté.com, 29 novembre 2023, « Cambriolage en bibliothèque : les vols de Pouchkine, ”très exagérés” », Ugo Loumé, URL : https://actualitte.com/article/114543/livres-anciens/cambriolage-en-bibliotheque-les-vols-de-pouchkine-tres-exageres (consulté le 01/12/2023).

[4] LeJDD, 24 novembre 2023, « Paris : Trois Géorgiens mis en examen pour des vols de manuscrits d’Alexandre Pouchkine », Stéphane Sellami, URL : https://www.lejdd.fr/societe/info-jdd-paris-trois-georgiens-mis-en-examen-pour-des-vols-de-manuscrits-dalexandre-pouchkine-139881 (consulté le 01/12/2023).

[5] Idem.

[6] Franceinfo avec AFP, 25 novembre 2023, « Trois personnes interpellées et mises en examen après le vol de manuscrits de Pouchkine à la bibliothèque de l’Inalco à Paris », URL : https://www.francetvinfo.fr/culture/livres/trois-personnes-interpellees-et-mises-en-examen-apres-le-vol-de-manuscrits-de-pouchkine-a-la-bibliotheque-de-l-inalco-a-paris_6206079.html (consulté le 01/12/2023).

[7] Le Figaro avec AFP, 25 novembre 2023, « Pologne: les traces de livres rares volés mènent à Moscou », sect. Culture, URL : https://www.lefigaro.fr/culture/pologne-les-traces-de-livres-rares-voles-menent-a-moscou-20231125 (consulté le 01/12/2023).

[8] Idem.

[9] Idem.

[10] Télérama, 4 décembre 2023, « À Paris, une bibliothèque victime d’une étrange tentative de vol de livres de Pouchkine », op. cit.

[11] Le Figaro avec AFP, 25 novembre 2023, « Pologne: les traces de livres rares volés mènent à Moscou », op. cit.

[12] Lustro Biblioteki, 3 décembre 2023, « Ustalenia i rekomendacje komisji dotyczące kradzieży w BUW » [Les conclusions et recommandations de la commission sur les vols à la BUW], Barbara Maria Morawiec, URL : https://lustrobiblioteki.pl/2023/12/ustalenia-i-rekomendacje-komisji-dotyczace-kradziezy-w-buw/ (consulté le 03/12/2023).



Citer ce billet
Odon Beillet Le Béhérec & Jeanne Dupont (2023, 6 décembre). Le vol de manuscrits de Pouchkine à la BULAC, une nouvelle tendance dans le banditisme patrimonial ? Patrimoines et Politiques Mémorielles. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vwcx

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search